Arvida, Samuel Archibald

Arvida est un ouvrage signé Samuel Archibald publié en 2011 qui s’est vu remettre le Prix des libraires du Québec. Ce livre a beaucoup fait parler de lui lors de sa sortie. Je l’avais depuis un moment dans ma bibliothèque mais je n’avais pas encore pris le temps de m’y plonger.

Arvida Samuel Archibald

Pour ceux qui ne le savent pas, Arvida est une ville québécoise dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cette ville a été créée pour répondre aux besoins de main d’oeuvre de la société Alcoa. Elle fait maintenant partie de la municipalité de Jonquière. Les 14 nouvelles de ce livre ont toutes plus ou moins un lien avec cette ville. En fait de nouvelles, il s’agit plutôt de mini histoires amplement développées. Il serait plus juste de parler de novellas avec chacune une identité propre. Samuel Archibald possède en effet une plume alerte qui lui permet de créer rapidement une ambiance et de capter l’attention du lecteur qui passera au fur et à mesure de l’ouvrage à travers des univers très différents : contes où se mêlent l’histoire familiale et l’histoire de la ville, humour, tristesse, mystère et même carrément horreur.

Peut-être avais-je placé trop d’attentes dans ce livre mais je ne suis pas si enthousiaste que ça à la lecture de ce livre de Samuel Archibald. Ce n’est pas évident de proposer un recueil de nouvelles : faut-il que ces nouvelles possèdent une thématique commune ou au contraire est-ce l’occasion d’explorer des avenues littéraires très différentes les unes des autres ? Avec Arvida, j’ai eu l’impression d’être ballotté entre les deux. Certaines nouvelles se répondent grâce au fil rouge de l’histoire de famille du narrateur/auteur. Mais certaines autres sont des nouvelles orphelines. Ce choix éditorial (ou plutôt l’absence de choix) permet à Samuel Archibald de montrer l’étendue de son talent d’auteur mais en tant que lecteur, j’ai été frustré de quitter des nouvelles passionnantes pour d’autres nouvelles tout aussi passionnantes mais dans des registres différents. Je vais donc attendre le prochain livre de Samuel Archibald en espérant qu’il s’agisse d’un roman et non d’un recueil de nouvelles.

3 réflexions au sujet de « Arvida, Samuel Archibald »

  1. Comment un auteur inconnu en France peut-il être lu et connu dans la Belle Province ? Les ponts culturels n’existent malheureusement pas, pourtant la littérature numérique ne pose aucun problème de distance !…

    J'aime

    1. J’inverserais la proposition en me demandant pourquoi un auteur lu et connu au Québec est inconnu en France, histoire de ne pas être trop franco centré. On pourrait croire en effet que le livre numérique permettrait de s’affranchir des contraintes physiques et de faire connaître les nombreux talents littéraires québécois au public français. Mais ça ne fonctionne pas comme ça semble-t-il. Ça a notamment été le cas pour Perrine Leblanc et son homme blanc au Québec rebaptisé Kolia en France. Mais je crois que c’était surtout le fait d’échanges entre éditeurs plutôt que de formats de livre.
      Pour les curieux de littérature québécoise, je ne saurais que trop recommander une promenade sur certains des sites listés sur le côté de cette page, dont la Recrue du Mois. Sans oublier la librairie du Québec à Paris qui expédie dans toute la France.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s