La maison des anges, Pascal Bruckner

Parfois on vous prête un livre et vous faites une belle découverte. C’est ce qui s’est passé pour moi avec Pascal Bruckner et son roman La maison des anges.

La maison des anges, Pascal Bruckner

Antonin Dampierre est agent immobilier à Paris. C’est un jeune homme un brin maniaque de propreté. En fait, il a un véritable dégoût pour la crasse. Un jour, la vente d’un bel appartement parisien qu’il fait visiter à des acheteurs intéressés capote en raison de la présence d’un clochard aviné en bas de l’immeuble. Il décide alors de tuer ce SDF. Cet événement va tout faire basculer dans sa vie. Dès lors, il écume les bas fonds parisiens pour débarrasser  la ville de ces hôtes indésirables. Alors qu’il essaie de se rapprocher de ses futures victimes, il fait la connaissance d’Isolde de Hauteluce, la responsable de la maison des anges, une association qui vient en aide aux plus démunis.

Je connaissais Pascal Bruckner l’essayiste mais je ne savais pas qu’il était romancier. Derrière une histoire rondement menée (sauf la fin que j’ai trouvée un peu facile) et un style littéraire juste, l’essayiste est bien présent. En effet, Pascal Bruckner propose une réflexion sur les associations d’aide aux démunis qui sous sa plume rappellent les bonnes œuvres des dames patronnesses qui veulent se donner bonne conscience. Mais il existe une certaine ambivalence entre l’envie d’aider et le contact nécessaire avec la fange. Entre bons sentiments et dégoût, la frontière est fine. Autre volet du roman, celui qui met le doigt sur le contraste entre le Paris rêvé et celui des bas fonds. Très proches géographiquement, ils sont à des années lumières l’un de l’autre. C’est un ouvrage qui parle donc de frontières floues entre plusieurs mondes et de la facilité de passer de l’un à l’autre, mais surtout dans le sens de la chute.

Vous trouverez donc avec la maison des anges plus qu’un bon roman. Pascal Bruckner offre aussi une réflexion sur notre société.

Publicités

Une réflexion au sujet de « La maison des anges, Pascal Bruckner »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s