À propos

Je m’appelle Philippe, j’ai 37 ans et je vis dans le Pas-de-Calais. Ce blog existe depuis 2006.

Je rends compte ici de mes lectures en toute candeur et avec un amateurisme assumé. Il s’agit le plus souvent de romans. Je n’ai pas de thème littéraire de prédilection, peu importent les époques et les auteurs, je lis ce qui me tombe sous la main. Vous ne trouverez donc pas forcément ici les livres à la mode, des résumés pour l’école, l’actualité de la littérature ou les livres qu’il faut avoir lus. Juste les livres que je lis et que, j’espère, vous lirez peut-être.

Je lis principalement de la littérature québécoise car j’ai vécu 8 ans à Montréal et je pense qu’il est important de connaître la littérature du pays qui nous accueille, de la littérature française ou encore de la littérature américaine.

J’écris depuis 2009 pour le webzine la recrue du mois : la vitrine des premières œuvres littéraires québécoises. Vous pouvez consulter la liste des articles que j’ai écrits dans le cadre de cette collaboration.

J’écris à la première personne pour éviter autant que possible l’écueil du on (on est un con, c’est bien connu).

Même si je trouve toujours un livre intéressant à la bibliothèque et dans les librairies, je suis aussi à la recherche de suggestions de lecture.

Pour finir, vos commentaires sont évidemment les bienvenus : ce blog se veut un espace de discussion.

Pour me contacter, laissez-moi un mot dans le formulaire ci-dessous :

8 réflexions au sujet de « À propos »

  1. Entre tous, je choisis comme meilleur livre de l’année 2008, le dernier roman de Madeleine Monette, auteure québécoise, « Les Rouleurs ».

    Pour décrire son écriture j’emploie les mots du site de Nuitblanche.com: « Madeleine Monette a un don pour créer des images inattendues mais tellement justes qu’elles font voir et entendre. Elle puise dans un vocabulaire très étendu, empruntant avec autant de naturel à l’argot des jeunes de la rue qu’à la terminologie spécialisée du chant. Un propos à résonance psychosociale, dans un espace qui reproduit le côté sombre de la ville contemporaine, coulé dans une forme littéraire remarquable, fait des Rouleurs une oeuvre qui pourrait bien figurer dans une éventuelle comédie humaine de notre époque. »

    Michel Kieffer

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s