A Storm of Swords, George R. R. Martin

Vous aussi vous attendez la saison 4 de Game of Thrones avec impatience ? C’est pour ça que j’ai voulu lire les livres, qui plus est en version originale. Après A Game of Thrones et A Clash of Kings, j’ai donc lu le troisième tome de la série A Song of Ice and Fire de l’auteur américain George R. R. Martin. Après un premier tome à 500 pages et un deuxième à 700 pages, c’est le plus gros pavé de la série avec 1 092 pages.

A storm of swords George Martin

Il est délicat de résumer un tel ouvrage sans gâcher le plaisir des futurs lecteurs (voire des futurs téléspectateurs). C’est pourquoi je vais me contenter d’un rapide état des lieux de la situation au début du roman. C’est toujours la guerre civile à Westeros. Joffrey reste sur le trône de fer, soutenu par la riche famille Lannister, mais il est toujours contesté par son oncle Stannis qui, bien que vaincu sur les eaux de la rivière Blackwater, essaie toujours de reprendre la couronne. Tyrion a rendu le rôle de Main du Roi à son père Tywin Lannister. Robb Stark dirige toujours son armée, en rébellion contre Joffrey, mais son fief de Winterfell a été détruit par les Greyjoy. Catlyn Stark a libéré Jaime Lannister et demande à Brienne de Tarth de l’escorter jusqu’à King’s Landing, espérant un échange avec ses 2 filles. Au Nord, la garde de nuit de plus en plus démunie fait face à la révolte des Autres qui se rassemblent au-delà du mur. De l’autre côté de l’océan, Daenerys Targaryen cherche à se constituer une armée pour reconquérir le trône de fer. Mais devra-t-elle transiger avec des esclavagistes pour y parvenir ?

Ce ne sont là que quelques-unes des trames narratives de cette série de livres. Dire que le sujet est riche est un euphémisme. Je ne sais pas comment George R. R. Martin a pu concevoir un univers aussi complexe et aussi passionnant. A vrai dire c’est la multiplicité des personnages et le fait qu’ils se croisent tous plus ou moins qui tient de la prouesse. C’est particulièrement passionnant à suivre, d’autant que l’auteur sait jouer du suspense avec habileté.

Ceux qui ont déjà vu la saison 3 de la série savent déjà que ce roman contient un épisode particulièrement sanglant et choquant. Dès le tome 1, Georges R. R. Martin avait en effet choisi de tuer certains personnages principaux. Dans A storm of swords c’est aussi le cas. La saison 3 diffusée sur le petit écran s’était achevée sur l’épisode des noces pourpres mais dans le livre les tueries continuent. Plusieurs personnages importants vont perdre la vie.

Le tome 3 voit l’arrivée d’un nouveau narrateur : il s’agit de Jaime Lannister, le frère de Tyrion et de Cersei. Personnage haï de presque tous dans les deux premiers tomes, il prend ici une nouvelle dimension. Présenté comme un chevalier doué et puissant, il se révèle tout en nuances entre doute et remords. Preuve une fois de plus que Georges R. R. Martin est un auteur subtil (même s’il dézingue du personnage à tours de bras).

A Clash of Kings, George R. R. Martin

A clash of kings est le deuxième tome de la série A song of ice and fire de l’auteur américain George R. R. Martin. Si vous êtes un fan de séries télé, vous connaissez sans doute la série Game of Thrones qui s’inspire de cette saga mêlant science fiction et univers médiéval. Après avoir lu le premier tome, A Game of Thrones, j’ai enchaîné immédiatement avec A clash of kings.

A clash of Kings - George R.R. Martin

A la suite du décès du roi Robert, ce sont maintenant 4 rois qui se font la guerre pour prendre le pouvoir. Joffrey, le jeune fils de Robert est a priori son héritier légitime mais les deux frères de Robert contestent cela, affirmant que Joffrey n’est pas le fils du roi. Ces deux frères sont Stannis, le cadet de Robert, qui s’estime légitime dans l’ordre de succession, et Renly qui est le plus jeune des frères mais qui se considère comme étant le plus apte à diriger. Enfin Robb Stark s’est autoproclamé roi du Nord et s’oppose à Joffrey et aux Lannister, la famille de Cersei, la reine régente.

Le récit est comme dans le premier tome mené chapitre par chapitre du point de vue d’un personnage différent. On retrouve la plupart des membres de la famille Stark : Catelyn la femme de Ned Stark, ses deux filles Arya et Sansa ainsi que ses fils Bran et Jon Snow.
On retrouve également Tyrion Lannister, le frère nain de la reine qui occupe désormais les fonctions de main du roi, et Daenerys Targaryen, héritière en exil de la dynastie royale précédente.
George R. R. Martin propose dans ce roman le point de vue de deux autres personnages. Davos est un ancien contrebandier anobli par Stannis, ce qui place le lecteur aux premières loges de la conquête du pouvoir par Stannis. Theon Greyjoy a lui été élevé aux côtés des enfants Stark depuis qu’il a été pris comme garantie par Ned Stark lorsqu’il a brisé la rébellion du père de Theon.

A clash of kings décrit donc les affrontements pour conquérir le trône de fer, symbole du pouvoir dans le royaume de Westeros. Les trahisons sont presque aussi nombreuses que les trahisons. Chaque personnage se meut dans un univers hostile et chacun se forge sa personnalité. Bran Stark est certes handicapé mais il se découvre des pouvoirs. A travers Jon Snow, le lecteur découvre la vie dans la garde de nuit. Il assure avec ses collègues la protection du nord du royaume d’une invasion prochaine de ceux qui sont considérés comme des sauvages et qui semble-t-il cherchent à franchir le mur de glace géant qui protège le royaume. Sansa est retenue à la cour et comme otage elle subit les brimades et les caprices de Joffrey qui doit l’épouser prochainement. Arya a elle réussi à s’échapper et se retrouve à errer sur la route en chemin vers l’armée de son frère Robb. Catelyn Stark est elle partagée entre les Stark et les Tully. Elle cherche a protéger ses enfants et à être aux côtés de son père mourant.
Tyrion, bien que faisant partie de la famille Lannister, doit malgré tout s’imposer auprès de sa sœur la reine et de ses conseillers tout en protégeant ses intérêts. Daenerys a elle perdu son mari et erre dans des régions hostiles, cherchant un moyen de lever une armée pour reconquérir le trône de fer. Par l’intermédiaire de Davos, nous découvrons les pouvoirs redoutables de Melisandre, la conseillère occulte de Stannis, un homme pourtant connu pour son intégrité et son honneur. Enfin Theon Greyjoy est confronté à un choix : doit-il rester fidèle à la famille Stark qui l’a élevé ou doit-il montrer à son père qu’il est son digne héritier ?

A la lecture de ce deuxième tome, je trouve le récit de George R. R. Martin toujours aussi attrayant. Les intrigues sont toujours aussi complexes et prenantes. Le destin des différents personnages me tient à cœur. Je pense que c’est en raison des nuances apportées par l’auteur dans la description des personnages et leurs évolutions. Il n’y a pas de personnages foncièrement bons ou mauvais. Les bons personnages ont leurs faiblesses et leurs vices. Et mêmes ceux qu’on pourrait ranger dans la catégorie des méchants ne sont pas totalement mauvais.
Malgré toutes ces qualités, un arrêt dans ma lecture s’impose car après un premier opus de 700 pages et un deuxième de 800 pages, je commence à remarquer les tics d’écriture de Georges R. R. Martin et c’est parfois agaçant. Je fais donc une petite pause dans la série A song of ice and fire mais je serai présent dans pas trop longtemps pour parler de ma lecture du tome 3.