Un cirque passe, Patrick Modiano

Ça y est, j’ai lu tous les romans de Patrick Modiano qui étaient immédiatement à ma disposition pendant les vacances. Après Villa triste et Quartier perdu, je viens de terminer Un cirque passe.

Le narrateur, un jeune homme de 18 ans, se lie d’amitié avec Gisèle, une jeune femme rencontrée dans un commissariat parisien. Comme elle lui dit qu’elle vient de quitter sa maison, il lui propose de l’héberger dans l’appartement familial à sa disposition pour quelques semaines et où vit deja un ami de son père, lui même exilé en Suisse. Notre narrateur fait connaissance avec le cercle d’amis de Gisèle, deux hommes plus âgés qui semblent mener une vie un peu louche.

Bon, j’ai trouvé pas mal de points communs avec les 2 romans précédents de Patrick Modiano. Peut-être était-ce une série ou une période particulière dans son écriture mais vu qu’il y a pas mal de redites, je pense que je vais faire une petite pause afin de ne pas m’écoeurer. Une nouvelle fois nous sommes en présence d’un jeune homme sous le charme d’une femme à qui il hésite à poser des questions alors que le bon sens et la curiosité ne devraient pas le faire hésiter. Comme dans les autres livres que j’ai lu, il se laisse entraîner dans un milieu un peu louche. L’obsession de Patrick Modiano pour la topographie est un peu moins présente dans Un cirque passe mais la notion de souvenirs liés aux lieux émaille ponctuellement le récit.

Vous l’aurez compris, j’ai moins apprécié Un cirque passe que Villa triste et Quartier perdu. Mais je pense que c’est dû aux circonstances dans lesquelles j’ai lu ce roman. C’est pourquoi je vais m’éloigner un peu de Patrick Modiano pour quelques temps. Sans doute pour mieux y revenir plus tard. Auriez-vous des suggestions de romans de Patrick Modiano que vous avez particulièrement aimés ?

Publicités