10 ans de blog littéraire : les livres que vous auriez dû lire !

J’ai été indulgent avec certains billets que vous n’avez pas lus. Par contre, je ne vous comprends pas pour plusieurs autres : vous avez boudé d’excellents livres et je vous en veux ! En voici quelques-uns.

livres pas lus FranceMistouk de Gérard Bouchard : j’ai vibré à la lecture de cette saga familiale dans la région du lac Saint-Jean ! A lire pour ceux qui veulent découvrir la littérature québécoise en plus d’en apprendre sur la vie des Canadiens français.

Les lance-flammes de Rachel Kushner : une super découverte ! j’ai été transporté par une belle narration entre l’extrême gauche italienne des années 70 et le milieu de l’art contemporain new-yorkais. Un roman avec du souffle !

Tobacco Road de Erskine Caldwell : Erskine Caldwell est un des auteurs américains les moins connus mais dès que vous creusez un peu, vous voyez son nom émerger comme influence de nombreux auteurs. Ce roman réaliste de la misère rurale des années 30 est remarquable pour son humour noir et sa galerie de personnages. Je dois vous proposer d’autres romans de cet auteur pour vous convaincre de jeter un œil à son œuvre.

Le pouvoir du chien de Thomas Savage : un vieux roman sorti des tiroirs par les éditions Belfond. Il s’agit d’un huis clos au pays des cow-boys avec deux frères aux caractères diamétralement opposés. Une lecture haletante à haute tension !

The Goldfinch de Donna Tartt : on ne présente plus Donna Tartt. Vous connaissez ce roman sous son titre français, le chardonneret. Impossible de ne pas se laisser happer par le récit haletant de la vie du jeune Théo entre New-York et Las Vegas. Le fait que j’ai présenté ce billet sous son titre en version originale a pu limiter son audience.

La mesure d’un continent de Raymonde Litalien, Jean-François Palomino et Denis Vaugeois : parmi tous les livres que vous n’avez pas lus, s’il y en a un où je veux bien être indulgent c’est celui-ci. Alors que je mentionne souvent des romans, il s’agit là d’un ouvrage consacré à l’histoire de l’Amérique du Nord au travers de la cartographie. Ouvrage complet et qualitatif proposé par les éditions Septentrion, il saura contenter les lecteurs les plus exigeants.

Hongrie-Hollywood Express d’Eric Plamondon : si vous suivez l’actualité littéraire du Québec, vous savez certainement déjà que les éditions du Quartanier sont parmi les plus novatrices du milieu. J’ai choisi de retenir ce roman, premier volet de la trilogie écrite par Eric Plamondon, à la fois pour sa structure originale mais aussi pour le regard de l’auteur et les liens qu’il fait entre plusieurs événements. Vous n’avez pas vraiment lu ce billet car vous n’aviez pas besoin de moi pour être convaincu de vous y intéresser 🙂

Et vous ? Y a-t-il des livres qui vous ont conquis récemment et à côté desquels je suis passé ?

Le pouvoir du chien, Thomas Savage

Sur ce coup-là, j’avoue avoir été attiré par le résumé au dos de l’ouvrage. Celui-ci parlait du Pouvoir du chien comme d’un roman américain oublié après sa parution en 1967. Je ne connaissais pas Thomas Savage, cela m’a donc interpellé. Le fait que le livre soit postfacé par Annie Proulx fut aussi un argument de poids.

Le pouvoir du chien Thomas Savage

L’action se passe en 1925 dans l’Ouest des Etats-Unis, aux confins du Montana. Phil et George Burbank sont deux frères qui dirigent un ranch depuis 25 ans. Les deux frères sont responsables de l’exploitation familiale après que leurs parents ont pris leur retraite à Salt Lake City. Tous deux célibataires endurcis, leurs habitudes sont bouleversées quand George s’éprend de Rose, la veuve du médecin alcoolique du village voisin. Celle-ci a un fils nommé Peter qui est plutôt efféminé et solitaire. Sa venue dans le ranch des Burbank pendant les vacances scolaires suscite l’énervement de Phil.

Les caractères des deux frères sont opposés. Phil est très intelligent, adroit de ses mains et à l’aise avec les hommes du ranch. C’est le cow-boy viril par excellence. George est lui bien moins charismatique, un peu lourdaud et peu bavard. Malgré ces différences ou grâce à ces complémentarités, le ranch fonctionne bien et est un des plus importants de la région.

Le pouvoir du chien est un huis clos avec une forte intensité psychologique. Phil est dur vis-à-vis de tout le monde et ne tolère aucune faiblesse chez les autres, qu’il s’agisse du premier mari de Rose et de son alcoolisme, de son frère qu’il juge mou et influençable, de ses employés qu’il garde à l’œil ou simplement d’Indiens de passage sur leurs anciennes terres. La seule personne à trouver grâce à ses yeux est un cow-boy qu’il a connu au temps de sa jeunesse auquel il fait tout le temps référence quand il évoque le bon vieux temps. Rose est malmenée psychologiquement par Phil et sombre dans l’alcool. George ne dit rien, on le suppose aveugle sur cette situation intenable entre son frère et sa femme. Peter, lui, subit aussi les conséquences du caractère de Phil mais il se rêve plus puissant. Cette situation où tous sont sous pression verra un dénouement inattendu. Le pouvoir du chien est un roman qui décrit très bien le rapport de force que Phil exerce sur tous. Il est odieux, ce qui est étonnant avec sa très grande intelligence. Il m’a donné l’impression d’un surdoué incapable d’émotions qui ne juge les autres que sur leurs capacités intellectuelles. La postface d’Annie Proulx (qui a écrit la nouvelle adaptée au cinéma avec Brokeback Mountain) m’a surpris car je n’avais pas détecté le fait que Phil pouvait être un homosexuel refoulé. Je le considérais comme un misanthrope particulièrement misogyne. Cela est très subtilement suggéré par Thomas Savage et ma foi, cela pourrait bien être l’explication de son comportement envers les gens qui l’entourent et le fait qu’il se prenne finalement d’affection pour Peter.

Outre cette ambiance lourde très bien décrite, une autre raison pour lire Le pouvoir du chien est la description de la vie dans l’Ouest des Etats-Unis au début du vingtième siècle. Par exemple les gens sont peu bavards et même lors de grands repas, n’abordent que des sujets de convenance comme la météo. Autre sujet intéressant : le traitement réservé aux Indiens qui, chassés de leurs terres, sont forcés de vivre dans des réserves et ne peuvent circuler comme ils le veulent.