Anges et Démons, Dan Brown

J’ai aimé lire le Code DaVinci il y a quelques années. Je me suis donc dit, pourquoi ne pas lire Anges et Démons ? D’autant que le film avec Tom Hanks et Ewan McGregor sort dans quelques semaines.

Publié avant le Da Vinci Code, Anges et Démons navigue dans les mêmes eaux. Les ingrédients qui ont fait le succès de DaVinci sont là : religion, théorie du complot, course contre la montre pour découvrir la vérité, une jolie fille, assassin patibulaire etc.

angesetdemons

Un beau matin, le professeur Langdon est tiré de son lit pour enquêter sur un meurtre perpétré au CERN de Genève. Les soupçons se portent sur une secte anti-catholique appelée Illuminati qui tirerait ses origines de la persécution dont la science est victime depuis le procès de Galilée. La menace d’un attentat de grande envergure entraîne Robert Langdon à Rome sur les traces d’un mystérieux assassin. Les rues de la capitale italienne sont le lieu d’un jeu de piste artistico-religieux. Et ça tombe plutôt bien puisque Langdon est un professeur spécialiste de la religion et de l’art de la Renaissance. Le soir même, il aura sauvé le Vatican, des milliers de personnes et il aura permis l’élection d’un nouveau pape.

Vous l’aurez compris, j’ai souri plusieurs fois en raison des grosses ficelles du roman. Il est très difficile d’accorder de la crédibilité au personnage de Langdon : il échappe plusieurs fois à la mort, le retournement de situation final est ahurissant et ce professeur déterminé arrive toujours à être au plus près de l’action. Malgré tout, je me suis laissé prendre et j’ai tourné les pages avidement pour savoir ce que réservait le chapitre suivant. Dan Brown est maître dans l’art du suspense. Le plaisir de la lecture est au rendez-vous avec Anges et Démons. Et en plus, j’ai appris des trucs intéressants sur les accélérateurs de particule, sur l’antimatière, sur la ville de Rome, sur le Vatican et sur le sculpteur Le Bernin.

4etoiles

Publicités