Un certain M. Piekielny, François-Henri Désérable

Je recolle un peu avec l’actualité littéraire à travers un roman récemment publié et curieusement intitulé Un certain M. Piekielny de l’auteur français François Henri Désérable.

Dans ce roman à la première personne, l’auteur se retrouve par accident à Vilnius et son passage dans une rue de la capitale lituanienne fait écho à un passage de la promesse de l’aube de Romain Gary. En effet dans ce roman autobiographique, Gary, qui a vécu à Vilnius dans son enfance, indiquait qu’un de ses voisins s’appelait M. Piekielny. Passionné par la promesse de l’aube et fan de Romain Gary, le narrateur / auteur se met en quête d’en savoir plus sur ce fameux M. Piekielny.

L’obsession de François-Henri Désérable le conduit à enquêter sur ce M. Piekielny. Il cherche à savoir s’il a vraiment existé. S’entrecroisent dès lors le parcours du narrateur, celui de Romain Gary et celui, supposé, de M. Piekielny. Si vous aimez voyager que ce soit dans l’espace, dans le temps ou dans la fiction, vous serez servis avec ce roman. Alternant entre humour (l’épisode de la rencontre entre Romain Gary et JFK à la Maison Blanche) et gravité (la dure réalité des crimes contre les Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale), le récit de François-Henri Désérable ne peut pas laisser le lecteur indifférent. A la recherche de la vérité, si elle existe, François-Henri Désérable propose avec Un certain M. Piekielny un roman multi formes : enquête historique, réalité, fiction, hommage littéraire, roman gonzo, biographie romancée… Voilà un livre difficile à classer. Mais le plaisir de le lire rend inutile le rangement dans une case. A certains égards, le roman de François-Henri Désérable me rappelle la trilogie 1984 de l’auteur québécois Eric Plamondon avec Hongrie-Hollywood Express, Mayonnaise et Pomme S (j’ai lu ce dernier mais je ne l’ai pas encore commenté ici).

Publicités

L’âme du Minotaure, Dominike Audet

Nouvelle lecture dans le cadre du repêchage de la Recrue du mois : le premier roman de Dominike Audet qui s’intitule L’âme du Minotaure. Pensez à cliquer sur l’onglet repêchage du site pour découvrir de nombreux nouveaux auteurs québécois.

C’est toujours délicat de parler d’un livre dont on a abandonné la lecture en cours de route. C’est mon cas avec ce premier roman de Dominike Audet. Ce titre m’a attiré en raison de sa thématique historique et le fait que le roman comporte près de 900 pages ne m’effrayait pas.

L’âme du Minotaure décrit les amours de Katharina, une jeune secrétaire berlinoise avec Reihnard Heydrich, un des hauts placés chez les SS. Le Minotaure c’est lui. Dirigeant à la poigne de fer, il est en charge de diriger la Tchécoslovaquie après l’invasion allemande. C’est aussi un des architectes de l’Holocauste. Katharina ne connaît pas les détails des fonctions d’Heydrich et tombe sous le charme de ce Janus : dirigeant sévère et rigide dans ses fonctions et amant doux et attentionné avec sa maîtresse.

La seconde guerre mondiale est une période qui m’intéresse et j’ai lu plusieurs livres sur le sujet : romans ou témoignages (les Bienveillantes, le soleil est aveugle, Rommel face au débarquement 1944). Malgré tout, j’ai choisi d’arrêter ma lecture de l’âme du Minotaure à la moitié du livre. En effet, l’aspect historique qui m’avait attiré au départ est relégué au second plan au profit de l’histoire d’amour entre Katharina et Heydrich. Et celle-ci, bien que présentant une dynamique originale, transforme malheureusement le livre en roman à l’eau de rose. C’est un genre qui ne m’attire pas mais j’ai gardé un esprit ouvert malgré certains clichés inhérents au genre : Katharina est attirée par le mauvais garçon, elle a un meilleur ami avec qui elle entretient une relation platonique bien que celui-ci lui propose de l’épouser et il y a la figure paternelle et bienveillante en la personne du bon Dr Karl qui se transfigure en ogre. Mais ce sont là les lois du genre.

C’est plus du côté de l’écriture qu’est venue mon insatisfaction. Le point m’ayant le plus agacé est que le roman comporte de nombreux dialogues inutiles. Les personnages se renvoient longuement la balle sans que ça apporte vraiment grand chose au lecteur. Par ailleurs, l’état d’esprit du personnage principal change souvent. J’ai plusieurs fois perdu mon souffle à suivre les montagnes russes des émotions qu’elle vivait.

Le roman aurait sans doute gagné en qualité avec des dialogues moins nombreux et au service du récit. D’autant que Dominike Audet possède une belle maîtrise de la langue française. J’aurais aimé lire plus de descriptions de sa part comme c’est le cas dans les chapitres à la 3e personne que j’ai apprécié car plus descriptifs et de fait plus proches de mes attentes historiques. J’aurais au moins pu en apprendre plus sur un personnage historique peu recommandable grâce au souci de véracité historique de Dominike Audet.

Publié chez VLB Éditeur.

Rommel face au débarquement 1944, Amiral Friedrich Ruge

On dit que les gagnants écrivent l’Histoire. Ça signifie que c’est leur vision des événements qui reste gravée dans le marbre. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas lire la version des vaincus. En l’occurrence le débarquement tel que vu par les Allemands via cet ouvrage de l’amiral Friedrich Ruge qui était à l’époque affecté à l’état-major du maréchal Rommel.

Rommel face au débarquement, Amiral Friedrich Ruge

En décembre 1943, le maréchal Rommel prend le commandement de la défense des côtes de l’Europe de l’Ouest. En effet, l’armée allemande craint qu’un débarquement anglo-américain ne se produise au printemps 1944. Et tous les signes pointent vers un débarquement dans le bassin de Seine, là où il aura effectivement lieu. L’armée allemande est le fantôme de celle de 1940 avec ses redoutables divisions blindées. Les principaux points faibles de la Wehrmacht sont les suivants : perte de contrôle de l’espace aérien, perte de la suprématie maritime et troupes au sol considérablement affaiblies par le front russe. Etre décembre 1943 et juin 1944, Rommel réalise un état des lieux des forces allemandes qui défendent les côtes du Danemark jusque dans les Landes. Sa stratégie consiste à concentrer les défenses sur les côtes pour empêcher l’ennemi de mettre le pied sur la terre et organiser une tête de pont pour une offensive terrestre de grande envergure. Or même si sa stratégie semble frappée au coin du bon sens quand on sait ce que les Alliés préparent, Rommel a toutes les peines du monde à convaincre ses supérieurs et ses collègues du bien fondé de sa stratégie (et c’est finalement tant mieux pour l’Histoire direz-vous). Il a même du mal à se faire entendre pour mettre en place des obstacles au débarquement telles que des blocs de ciment sur les côtes et l’installation de mines marines dans le bassin de Seine. Et il a beau suggérer d’orienter les pièces d’artillerie vers la mer et de les protéger et de les camoufler à l’aide de casemates en béton, les défenses côtières sont finalement très hétérogènes.

Aussi talentueux stratège militaire qu’il soit, Rommel se heurte en fait à une mauvaise coordination entre les différentes armes : en particulier entre l’armée et la marine. Il milite pour un commandement unique sur les différents fronts mais il ne sera jamais écouté ni par l’état major de l’armée ni par Hitler et son entourage. Les divisions blindées se trouveront trop éloignée des premières lignes et arriveront trop tard pour empêcher l’ennemi de s’installer sur les côtes normandes puis d’avoir accès aux villes de Cherbourg et de Caen. Dès lors, la bataille sera inéluctablement perdue pour les Allemands, ce que se refusera toujours à reconnaître Hitler.

Les événements sont présentés par un homme qui a été proche de Rommel pendant ces moments cruciaux. En plus de la chronologie des événements militaires, cet ouvrage présente le quotidien d’un état-major et des hommes qui le composent. L’amiral Ruge sera jusqu’à un certain point le confident de Rommel qui s’inquiète de la direction politique de l’Allemagne. Évaluant très bien les rapports de force entre Allemands, Alliés et Russes, il évoque la possibilité d’une négociation avec l’Occident afin de reconstruire l’Allemagne. J’ai été frappé par la justesse de la lecture de la situation par Rommel. Ce livre propose aussi une ouverture sur le personnage qu’aurait pu représenter Rommel à la fin de la guerre. Il aurait pu représenter la seule alternative politique à la tyrannie juqu’au boutiste d’Hitler. Forcé au suicide car soupçonné d’avoir participé à l’attentat de juillet 1944 contre Hitler, Rommel aurait eu la légitimité pour négocier avec les Occidentaux pour épargner des vies et profiter d’avoir certains gages en main pour obtenir des contreparties pour l’Allemagne.Véritable document historique, cet ouvrage vient aussi souligner les divergences qui existaient entre la Wehrmacht et les SS, des nuances qu’on a parfois tendance à oublier.

En décembre 1943, le maréchal Rommel prend le commandement de la défense des côtes de l’Europe de l’Ouest. En effet, l’armée allemande craint qu’un débarquement anglo-américain ne se produise au printemps 1944.

mauvaise coordination entre les différentes armes : en particulier l’armée et la marine, milite pour un commandement unique sur les différents fronts
Rommel écouté ni par l’état major de l’armée ni par Hitler et son entourage

l’armée allemande est le fantôme de celle de 1940 avec ses divisions blindées redoutables
points faibles de la Wehrmacht : perte de contrôle de l’espace aérien, perte de la suprématie maritime et troupes au sol considérablement affaiblies par le front russe
concentrer les défenses sur les côtes pour empêcher l’ennemi de mettre le pied sur la terre et organiser une tête de pont pour une offensive terrestre de grande envergure

obstacles au débarquement : blocs de ciment, miner le bassin de Seine
protéger et camoufler les pièces d’artillerie à l’aide de casemates

Ouverture sur le personnage qu’aurait pu représenter Rommel à la fin de la guerre
la seule alternative politique à la tyrannie juqu’au boutiste d’Hitler
forcé au suicide
folie de Hitler, négocier avec les occidentaux pour épargner des vies et profiter d’avoir certains gages en main pour obtenir des contreparties, se concentrer sur le front de l’Est
les divergences entre la Wehrmacht et les SS, nuances qu’on a parfois tendance à oublier

Le joueur d’échecs, Stefan Zweig

Je poursuis mes lectures de classiques libres de droits avec mon lecteur de livres électroniques. Au tour d’un roman très court, presque une nouvelle : le joueur d’échecs de l’écrivain autrichien Stefan Zweig.

L’action se déroule sur un paquebot qui navigue entre New-York et Buenos Aires. Le narrateur apprend qu’un célèbre joueur d’échecs est parmi les passagers. Désireux de se mesurer à lui, il parvient à convaincre ce maître de participer à une partie face à plusieurs passagers. Lors de cette partie, un des passagers rivalise avec le champion d’échecs. Intrigué, le narrateur discute avec lui et parvient à lui faire raconter son histoire : il est membre de la famille royale autrichienne et les échecs ont représenté pour lui une bouée de sauvetage.

Ce que je trouve remarquable dans le joueur d’échecs, c’est le fait que Stefan Zweig, à partir d’une situation relativement anodine, amène le lecteur dans une toute autre histoire. D’une partie d’échecs sur paquebot, le lecteur se retrouve transporté en Autriche sous l’occupation nazie dans l’état d’esprit d’un homme isolé à deux doigts de devenir fou.
Pas besoin d’être un spécialiste des échecs pour apprécier le roman de Stefan Zweig. Le jeu est un formidable prétexte à une leçon originale : la solitude est ce qui déshumanise le plus cet animal social qu’est l’être humain.