A Clash of Kings, George R. R. Martin

A clash of kings est le deuxième tome de la série A song of ice and fire de l’auteur américain George R. R. Martin. Si vous êtes un fan de séries télé, vous connaissez sans doute la série Game of Thrones qui s’inspire de cette saga mêlant science fiction et univers médiéval. Après avoir lu le premier tome, A Game of Thrones, j’ai enchaîné immédiatement avec A clash of kings.

A clash of Kings - George R.R. Martin

A la suite du décès du roi Robert, ce sont maintenant 4 rois qui se font la guerre pour prendre le pouvoir. Joffrey, le jeune fils de Robert est a priori son héritier légitime mais les deux frères de Robert contestent cela, affirmant que Joffrey n’est pas le fils du roi. Ces deux frères sont Stannis, le cadet de Robert, qui s’estime légitime dans l’ordre de succession, et Renly qui est le plus jeune des frères mais qui se considère comme étant le plus apte à diriger. Enfin Robb Stark s’est autoproclamé roi du Nord et s’oppose à Joffrey et aux Lannister, la famille de Cersei, la reine régente.

Le récit est comme dans le premier tome mené chapitre par chapitre du point de vue d’un personnage différent. On retrouve la plupart des membres de la famille Stark : Catelyn la femme de Ned Stark, ses deux filles Arya et Sansa ainsi que ses fils Bran et Jon Snow.
On retrouve également Tyrion Lannister, le frère nain de la reine qui occupe désormais les fonctions de main du roi, et Daenerys Targaryen, héritière en exil de la dynastie royale précédente.
George R. R. Martin propose dans ce roman le point de vue de deux autres personnages. Davos est un ancien contrebandier anobli par Stannis, ce qui place le lecteur aux premières loges de la conquête du pouvoir par Stannis. Theon Greyjoy a lui été élevé aux côtés des enfants Stark depuis qu’il a été pris comme garantie par Ned Stark lorsqu’il a brisé la rébellion du père de Theon.

A clash of kings décrit donc les affrontements pour conquérir le trône de fer, symbole du pouvoir dans le royaume de Westeros. Les trahisons sont presque aussi nombreuses que les trahisons. Chaque personnage se meut dans un univers hostile et chacun se forge sa personnalité. Bran Stark est certes handicapé mais il se découvre des pouvoirs. A travers Jon Snow, le lecteur découvre la vie dans la garde de nuit. Il assure avec ses collègues la protection du nord du royaume d’une invasion prochaine de ceux qui sont considérés comme des sauvages et qui semble-t-il cherchent à franchir le mur de glace géant qui protège le royaume. Sansa est retenue à la cour et comme otage elle subit les brimades et les caprices de Joffrey qui doit l’épouser prochainement. Arya a elle réussi à s’échapper et se retrouve à errer sur la route en chemin vers l’armée de son frère Robb. Catelyn Stark est elle partagée entre les Stark et les Tully. Elle cherche a protéger ses enfants et à être aux côtés de son père mourant.
Tyrion, bien que faisant partie de la famille Lannister, doit malgré tout s’imposer auprès de sa sœur la reine et de ses conseillers tout en protégeant ses intérêts. Daenerys a elle perdu son mari et erre dans des régions hostiles, cherchant un moyen de lever une armée pour reconquérir le trône de fer. Par l’intermédiaire de Davos, nous découvrons les pouvoirs redoutables de Melisandre, la conseillère occulte de Stannis, un homme pourtant connu pour son intégrité et son honneur. Enfin Theon Greyjoy est confronté à un choix : doit-il rester fidèle à la famille Stark qui l’a élevé ou doit-il montrer à son père qu’il est son digne héritier ?

A la lecture de ce deuxième tome, je trouve le récit de George R. R. Martin toujours aussi attrayant. Les intrigues sont toujours aussi complexes et prenantes. Le destin des différents personnages me tient à cœur. Je pense que c’est en raison des nuances apportées par l’auteur dans la description des personnages et leurs évolutions. Il n’y a pas de personnages foncièrement bons ou mauvais. Les bons personnages ont leurs faiblesses et leurs vices. Et mêmes ceux qu’on pourrait ranger dans la catégorie des méchants ne sont pas totalement mauvais.
Malgré toutes ces qualités, un arrêt dans ma lecture s’impose car après un premier opus de 700 pages et un deuxième de 800 pages, je commence à remarquer les tics d’écriture de Georges R. R. Martin et c’est parfois agaçant. Je fais donc une petite pause dans la série A song of ice and fire mais je serai présent dans pas trop longtemps pour parler de ma lecture du tome 3.

A Game of Thrones, George R. R. Martin

J’ai découvert la série Game of thrones (le trône de fer en français) il y a quelques mois et j’ai été séduit par cet univers improbable de moyen-âge mâtiné de fantastique. J’ai regardé les 3 premières saisons avec plaisir, cette série est de qualité. Voulant avoir quelques primeurs sur les diverses intrigues présentées dans la série, j’ai entrepris la lecture en anglais du premier tome de la série A song of Ice and Fire qui s’intitule A game of thrones.

A game of thrones livre

Dans cet ouvrage, l’auteur américain George R. R. Martin met immédiatement le lecteur au cœur de l’action. Ned Stark, seigneur de Winterfell, reçoit la visite du roi Robert qui lui propose de devenir la main du roi (sorte de premier ministre dans l’univers de Game of Thrones). Ned Stark va accepter la proposition de celui qu’il a aidé 15 ans auparavant à ravir le royaume de Westeros et le trône de fer à Aerys Targaryen, le roi fou devenu tyran. Ned Stark et une partie de sa famille vont donc, du fait de ses nouvelles fonctions, s’installer dans la capitale du royaume, King’s Landing. En tant que main du roi, il doit apprendre à naviguer parmi les courtisans et les conseillers d’un roi qui n’est plus l’homme avec qui il avait combattu. Ned Stark devra notamment comprendre dans quelles circonstances mystérieuses son prédécesseur est décédé.

A game of thrones est une véritable fresque chorale. Chaque chapitre est en effet raconté à la troisième personne autour de l’un des personnages. Il y a bien évidemment Ned Stark, personnage central de ce premier tome. C’est un homme d’honneur qui agit en fonction de ce qu’il estime juste. Il est toutefois un peu naïf et ne pense pas toujours à agir en fonction de ses intérêts. Le lecteur suit également le point de vue de Catelyn Stark, la femme de Ned. Très protectrice de ses enfants, elle est entièrement dévouée à sa famille. Sa noblesse ne l’empêche nullement d’être une femme d’action. L’histoire est aussi vue à travers les yeux des deux filles de Ned et Catelyn Stark. Sansa est une jeune princesse très sensible aux belles histoires d’amour et aux récits chevaleresques qui lui ont été racontés pendant son enfance. Elle apprend à confronter ces images avec la dure réalité de la cour et de ses intrigues. A l’inverse, Arya, la sœur de Sansa, est un vrai garçon manqué qui fuit les enseignements traditionnellement dévolus aux jeunes filles pour se familiariser au maniement des armes. Bran Stark est lui un des fils de Ned et Catelyn. Dès le début du roman, il est la victime d’une attaque qui va le laisser blessé alors qu’il rêve de devenir chevalier. Jon Snow est lui un bâtard que Ned Stark a eu avec une autre femme que Catelyn pendant une campagne militaire. Elevé comme un enfant naturel, il ne bénéficie toutefois pas des mêmes perspectives d’avenir que ses frères et sœurs. Il prendra donc un autre chemin et s’enrôlera dans la garde de nuit, une confrérie de soldats chargée de garder la frontière nord du royaume contre les envahisseurs venus du froid.
Ce premier tome est très centré autour de la famille Stark. Plutôt isolée dans un Nord froid et sauvage, cette famille se frotte aux autres nobles du royaume et découvre les difficultés liées à l’exercice du pouvoir et au maintien de son influence auprès du roi. La famille Stark doit notamment se méfier de la maison Lannister, la famille de la reine. Le lecteur peut suivre un de ses membres, Tyrion, qui est le propre frère de la reine Cersei et de Jaimie, un membre de la garde rapprochée du roi Robert. Tyrion n’a pas le même statut que sa sœur et son frère car il est nain. Réputé bon buveur et client régulier des maisons closes du royaume, c’est un homme qui parvient tout de même à se débrouiller pour éviter les embûches.
Enfin le dernier personnage suivi est Daenerys Targaryen, la fille d’Aerys Targaryen, le roi fou que Robert a renversé. Elle est exilée avec son frère au-delà de l’océan dans une contrée désertique dominée par des hordes de soldats à cheval, les Dothrakis. Daenerys et son frère se fixent comme objectif de ravir le trône de fer à Robert l’usurpateur.

A travers mes explications pour présenter les personnages principaux de A Game of Thrones, vous devinez la richesse de l’univers créé par George R. R. Martin. Et il ne s’agit là que d’une petite partie des personnages du roman. Heureusement, l’auteur propose en fin d’ouvrage un récapitulatif des sept grandes familles qui composent le royaume, ainsi que les personnes qui leur sont rattachées. Il est possible de s’y référer en cas de trou de mémoire sur les liens entre les différents et nombreux personnages. Les intrigues se chevauchent et deviennent parfois complexes. Entre complots, récit de batailles, ambitions politiques et road movie (à cheval), A game of thrones tient à la fois du récit épique, du fantastique et du roman d’apprentissage.
George R. R. Martin est un auteur bavard. Il aime deviser sur l’histoire et la généalogie des familles du royaume. Il prend le temps d’expliquer les blasons de chacun, la géographie des différents lieux qui composent le royaume. Mais ce n’est pas ennuyeux du tout. Tout est amené naturellement au fur et à mesure du récit. Le roman est bien construit avec ce qu’il faut de suspense entre chaque chapitre pour avoir envie de les enchaîner les uns après les autres pour avancer dans l’histoire. Les 700 pages de ce roman ont été aussi vite lues. Il y a un côté addictif à lire le premier tome de la saga A song of ice and fire. Je vous parle prochainement du tome 2 : A clash of Kings.