Journal Intime, Chuck Palahniuk

Chuck Palahniuk est surtout connu pour être l’auteur de Fight Club, qui a été adapté au cinéma avec l’excellent film de David Fincher. Ça fait un moment que je veux me frotter à cet auteur américain dont on dit que le style est particulier. La bibliothèque proposait son dernier roman intitulé Journal intime.

Journal Intime Chuck Palahniuk

Le personnage principal de Journal intime s’appelle Misty Marie Wilmot. Son époux Peter a fait une tentative de suicide et il est maintenant dans un coma profond. Misty apprend que Peter a laissé de mystérieux messages écrits sur les murs des clients chez qui il intervient pour des travaux. Il a même condamné plusieurs pièces dans les maisons où il travaille. Misty va mener l’enquête et découvrir que la vérité est bien plus complexe qu’elle ne l’imaginait au départ et qu’elle-même doit jouer un rôle qui la dépasse.

Journal intime est écrit comme un journal intime (surprise !), chaque chapitre décrivant ce qui se passe au cours d’une journée. Ce journal suit les réflexions de Misty et s’adresse souvent à Peter, accusé d’avoir abandonné sa femme et sa fille en essayant de se tuer. On apprend via ce journal que Peter et Misty vivent aux Etat-Unis sur une île mystérieuse. Cette île est très touristique avec une population qui se met au service des touristes. Peter fait des travaux et Misty est serveuse dans un hôtel. Misty a abandonné ses études d’art après sa rencontre avec Peter et la naissance de leur fille Tabitha. Sa belle-mère, Grace, est très présente.

Journal intime est un roman assez complexe. Il m’a fallu un peu de temps pour me plonger dans le récit et m’habituer au style de Chuck Palahniuk. Il faut accepter de se faire balader un peu comme lecteur pour apprécier le voyage. Journal intime fait la part belle à la violence psychologique. Misty est en effet blessée volontairement et retenue contre sa volonté afin qu’elle accomplisse un destin auquel il lui est impossible d’échapper. Pour les habitants de l’île, elle est l’élue et son existence s’inscrit dans un cycle que les habitants de l’île ont déterminé depuis plus d’un siècle. Malgré ce que je peux laisser entendre sur ce roman, Journal intime n’est pas vraiment un livre fantastique. Il s’agit plutôt d’un récit psychologique auquel il est difficile de rester indifférent. A noter également, une réflexion intéressante sur l’art. Le roman propose des pistes sur ce qui provoque l’art : un artiste met toujours une part de lui-même dans une œuvre mais la souffrance est-elle indispensable pour créer ?

Publicités

Sukkwan Island, David Vann

Dans l’imaginaire américain, un jeune homme est considéré comme un vrai homme par son père quand celui-ci lui propose de partir à la pêche avec lui. Mais que se passe-t-il quand un père dépressif convainc son fils ado de 13 ans à peine remis du divorce de ses parents de l’accompagner pendant un an sur une île déserte de l’Alaska (Sukkwan Island) pour y vivre de chasse et de pêche ? Rien de bon, répondriez-vous. Et vous auriez raison.


Je n’en dirai pas plus sur l’histoire de cet excellent premier roman de David Vann car ce serait gâcher le plaisir des futurs lecteurs. A la lumière des premières pages du livre, je m’attendais à lire un roman initiatique sur fond de vie sauvage en Alaska. Mais il s’agit en fait d’un roman sur les réflexions intérieures de Jim, le père, et de Roy, son fils, et sur leurs relations faites de tensions et d’indifférence. Au lieu de rendre les deux personnages solidaires et de leur permettre de se découvrir l’un l’autre, la nature hostile va plutôt révéler les malaises respectifs de deux personnes qui ne se connaissent pas vraiment. Avec des mots simples, David Vann parvient à rendre compte d’une relation père-fils complexe. Face à un père qui représente un modèle branlant, le fils ne sait trop quelle attitude adopter. Le père, lui, est sourd aux interrogations de son fils. Mais ce père finira tout de même par reconnaître ses errements, bien tardivement et suite à de nombreuses épreuves.

En 200 pages à peine, Sukkwan Island est un roman percutant. Et malgré l’ambiance sombre et lourde de ce livre, c’est un thriller qu’il est impossible de lâcher une fois l’intrigue installée. Un roman à lire et un auteur à surveiller.