L’année la plus longue, Daniel Grenier

J’ai loupé la sortie de ce roman de Daniel Grenier aux éditions Quartanier. Mais Flammarion a eu la riche idée de le publier en France. Je me suis donc procuré l’édition française de L’année la plus longue.

lannee-la-plus-longue-daniel-grenier

Thomas Langlois est né un 29 février. Comme son aïeul Aimé. Du fait de leur date de naissance atypique, ni l’un ni l’autre ne vieillissent au même rythme que les autres. Ils ne vieillissent que d’un an tous les 4 ans. Albert, le père de Thomas, cherche à retracer le fil de la vie d’Aimé qui a vécu à plusieurs époques, à plusieurs endroits au Canada et aux Etats-Unis et, pour compliquer encore plus les choses, sous plusieurs identités. Cette quête de la trajectoire d’Aimé au travers des époques devient une véritable obsession pour Albert.

Disons le tout de suite, l’intérêt de L’année la plus longue ne réside pas dans son côté fantastique où ceux qui naissent le 29 février vieillissent plus lentement que le commun des mortels. Il ne s’agit là que d’une astuce, ou d’un beau prétexte, pour parler au lecteur de l’Amérique. L’année la plus longue est en fait un très bel hommage de Daniel Grenier au territoire américain. Et il faut entendre américain dans son sens littéral et non restreint aux Etats-Unis. Les pérégrinations d’Aimé puis de ses descendants au fil des années ont lieu sur un formidable terrain de jeu : le massif des Appalaches, des Monts Chics-Chocs au Québec jusqu’aux Alleghenies et aux Great Smokies plus au sud. Daniel Grenier nous gratifie en plus d’un passage dans le quartier de Saint-Henri de Montréal, écho au quartier auquel il rendait déjà hommage dans son premier ouvrage de fiction, Malgré tout, on rit à Saint-Henri. Mais le voyage proposé dans ce roman n’est pas que géographique. La longévité d’Aimé Langlois lui fait traverser les époques, à commencer par la prise de la ville de Québec par les Anglais en 1760 jusqu’à notre époque en passant par la guerre de Sécession et l’industrialisation dans les villes. Il en résulte une formidable fresque intelligemment construite et bien racontée. J’ai pour ma part découvert un territoire dont je ne soupçonnais pas la richesse.

Alors oui, parfois ça part un peu dans tous les sens et on ne sait pas toujours de qui c’est l’histoire. On passe de Thomas pour suivre longtemps Aimé, en passant par l’histoire d’Albert et de sa femme Laura. Mais encore une fois, les personnages ne sont que le prétexte pour peindre le portrait de l’Amérique moderne.

Dans un style très personnel, Daniel Grenier met en scène un narrateur/conteur qui casse à plusieurs reprises le « quatrième mur » de la narration. Un parti pris qui n’est pas sans rappeler un style journalistique très américain (journalisme narratif, nouveau journalisme…) où celui/celle qui rapporte les faits se met en scène et fait partie de ce qu’il/elle décrit. Là aussi donc, un parti pris très « américain » jusque dans le choix du mode narratif, histoire de savourer une américanité en français. D’autant que les éditions Flammarion ont eu l’intelligence et le respect de ne pas gommer les aspérités québécoises du texte de Daniel Grenier.

Publicités

Exil en la demeure, Jean Bello

Exil en la demeure est le premier roman de l’auteur Jean Bello. Je l’ai lu dans le cadre de la Recrue du mois.

Exil en la demeure Jean Bello

Exil en la demeure peut être résumé très simplement : Mattia, qui vit au Québec depuis plusieurs décennies, revient dans son village natal en Italie pour régler la succession de sa tante récemment décédée. Il retrouve des membres de sa famille qu’il n’a pas vus depuis longtemps, les lieux de son enfance et des habitudes italiennes qui ne sont plus les siennes étant donné qu’il est devenu un Nord-Américain.

Le récit de Mattia est un hommage du narrateur à son entourage, au courage de ceux qui ont émigré au Canada ou aux Etats-Unis et au courage de ceux qui sont restés en Italie. Mattia se retrouve lui le cul entre deux chaises : pas assez italien pour se sentir à la maison en Italie et trop italien pour se sentir complètement étranger. Il constate de nombreuses différences après que les membres de la famille ont pris des routes séparées : les conventions sociales qui sont très présentes en Italie, la nécessité de ménager les susceptibilités des uns et des autres, les lourdeurs de l’administration italienne… Et par-delà les différences se trouve le terreau commun de la famille : un village isolé, les anecdotes de l’enfance, les fêtes religieuses… Exil en la demeure est aussi un hommage à la culture italienne. Impossible de ne pas tracer un parallèle avec L’énigme du retour de Dany Laferrière mais en version italienne.

Je l’admets, je n’ai pas été séduit par le roman de Jean Bello. Le style est pourtant agréable mais l’ambition du roman est desservie par un récit confus. Je me suis perdu dans la multitude de personnages. J’ai remarqué un peu tard qu’il y avait un arbre généalogique en fin d’ouvrage mais il est finalement peu utile. Peut-être que chaque personnage n’était pas suffisamment distinct des autres ou que la construction du roman ne m’a pas permis d’y voir clair. J’ai finalement pris le parti de lire chacune des anecdotes comme des petits épisodes indépendants et c’est bien passé comme ça.

Vestiges, Véronique Bossé

la Recrue du mois

Véronique Bossé est la Recrue du mois. Elle publie un premier recueil de nouvelles intitulé Vestiges.

 

Vestiges Véronique Bossé

 

Véronique Bossé signe avec Vestiges un recueil de nouvelles tout en subtilité. Le thème principal de cet ouvrage est le regard porté sur le temps qui passe, qu’il s’agisse de la vie de couple comme dans Relents, le journal d’une mère de famille qui s’interroge sur la vie amoureuse dans le couple après les enfants ou comme dans Je vais mourir où Marie, une quarantenaire décrite comme « experte de la vacuité » prend conscience de la finitude de la vie et se questionne sur ce qu’elle va laisser derrière elle.

Un des autres thèmes abordé par Véronique Bossé dans son livre est celui de l’identité. Ainsi dans Rouge est livré le portrait d’un étudiant suiveur qui dit de lui-même : « j’ai l’instinct grégaire ». Ce jeune homme se cherche une identité et Véronique Bossé trace un parallèle entre les grèves étudiantes et la vie amoureuse de l’étudiant. Alors que les grèves sont « bien tombées » selon ses propres dires, déclenchées par l’indifférence du premier ministre Jean Charest, le fait qu’il soit incapable d’avouer ses sentiments à une camarade d’université le ronge. L’indifférence, que ce soit celle du gouvernement ou d’une jeune fille, le pousse à la violence. Dans une autre nouvelle, Legs, une jeune femme parle de la petite Flavie, elle lui montre les albums photos de la famille et ce n’est qu’à la fin de la nouvelle, dans une chute de toute beauté, qu’on apprend qui est qui. Cette surprise finale est tellement bien amenée que j’ai relu immédiatement le texte pour comprendre ce qui est raconté au lecteur.

Je ne peux pas ne pas mentionner les deux nouvelles les plus longues du recueil, pour des raisons différentes. Archives est le texte qui m’a le moins intéressé. La narratrice croise un homme dans le bus qu’elle surnomme Les Yeux. Ces  homme croisé dans le bus déclenche chez elle une revue de ses dysfonctionnements et un bilan de ses relations sociales difficiles. J’ai vécu ce texte comme une longue énumération alors que le sujet est intéressant. Plus ramassé, il aurait été plus percutant. La nouvelle la plus longue du recueil (40 pages) s’appelle Torrents. Dans ce texte, Igor Cadorette est un portier qui travaille à la réception d’un hôtel. Il est très apprécié par son patron mais ce dernier meurt. Son fils reprend l’affaire et veut moderniser l’entreprise avec de nouvelles méthodes de management. Igor vit mal ce changement où il n’est pas valorisé quand il n’est pas tout simplement moqué. Là aussi le texte est un peu long et contient plusieurs redites mais j’aime beaucoup l’idée de cet homme qui s’appuie sur ses valeur de travail et de sérieux malgré la détresse qu’il vit.

Vestiges se termine sur une nouvelle intitulée Carrefour où deux petits vieux regardent la rue et ses passants. Dans cet ultime texte, le lecteur croise à nouveau les protagonistes des précédentes nouvelles. Le procédé est bien trouvé mais malheureusement il a nécessité dans mon cas une relecture de plusieurs des nouvelles car, outre leurs prénoms, peu d’entre eux m’avaient marqué. Signe pour moi que Véronique Bossé a avec Vestiges travaillé trop en subtilité pour créer une empreinte durable sur le lecteur.

Quand j’étais l’Amérique, Elsa Pépin

Elsa Pépin signe un premier recueil de nouvelles intitulé Quand j’étais l’Amérique.

Quand j'étais l'Amérique Elsa Pépin

La nouvelle qui donne son titre au livre est pour moi centrale. Dans ce texte, une petite fille qui vit au Québec représente malgré elle le Canada lors de vacances estivales dans sa famille française. Elle se fait notamment reprocher sa façon de parler, ses expressions et son accent par sa famille française. Ce qui est naturel d’un côté de l’Atlantique est considéré comme amusant et incorrect dans une culture française très normative, surtout en ce qui concerne la langue. On sent quelque chose de très personnel chez l’auteure qui a cette double culture québécoise et française. Il n’est pas facile d’être propulsé ambassadeur d’un pays et de fait confronté à la caricature qu’ont les gens de vos origines. Mais c’est également compliqué de lutter contre les clichés et de traduire la richesse et les nuances d’un pays. Ce sont des interrogations qui me parlent du fait de mon immigration au Québec et de mon retour en France. J’imagine que c’est encore plus complexe pour une enfant qui n’est pas préparé à ça.

Quand j’étais l’Amérique est un recueil de nouvelles où ressort un thème quasi transversal : la connaissance de soi. Ainsi dans Nécrogénéalogie, une jeune femme déconnectée de sa famille se découvre des traits communs avec sa grand-mère décédée. Elle ne l’a pas revue depuis son enfance et découvre qui elle était grâce aux témoignages des personnes qui l’ont connue pendant sa jeunesse. Une autre nouvelle aborde la relation entre une petite-fille et sa grand-mère. Il s’agit de la cage : la grand-mère de Romy fait une tentative de suicide. Romy se propose alors d’aller vivre avec elle pour l’aider et peut-être redonner un sens à son existence. Dans
loin de la république des fantômes, il est question des relations entre un père et son fils. Le jeune homme ne trouve pas sa place dans l’action comme le souhaiterait son père. Il devient employé dans une maison d’édition, mais déçu par un éditeur recherche avant tout les succès commerciaux, il confronte son idéalisme à la réalité.

Par ailleurs, les textes d’Elsa Pépin sont traversés par une énergie folle, presque mal contenue, à la manière de la jeune fille fonceuse de la sans peur, dont le petit ami plus conservateur et plus timide face à la vie dresse le portrait. Et ce sont souvent les personnages féminins qui sont moteurs dans les textes. Cet élan féminin est présent également dans la nouvelle Millésime 1973 où un jeune couple s’installe dans un petit village québécois pour y faire pousser des vignes et faire du vin. La femme est française (la question de l’identité encore) et envoûte certains habitants du village. Dans deux nouvelles, la mère de l’empereur et le trompe l’œil d’Eugénie, deux hommes subissent le caractère bien trempé de leur compagne, femmes indépendantes d’esprit. Mais cette énergie suscite bien des questions : dans l’enfant au bois mort, une femme retrouve une amie d’enfance qui a bien changé. Elle est devenue terne alors qu’elle était une enfant dynamique. Et dans l’enfant de la guerre, Laurence est une femme exigeante, pour qui les autres ne sont bien souvent pas à la hauteur de ses attentes. Mais sa trajectoire personnelle la conduit vers la solitude.

Bien que certaines nouvelles possèdent des thématiques parfois trop proches, j’ai aimé la lecture de Quand j’étais l’Amérique, à la fois pour ses portraits de personnages originaux et pour les nombreux questionnements qui traversent les textes. Il y a une maturité qui se dégage de ces nouvelles, à mi-chemin entre l’enfance et la vie adulte, pour décrire l’importance des racines dans l’identité et les promesses offertes par l’avenir.

J’ai lu Quand j’étais l’Amérique dans le cadre de la Recrue du mois.

L’énigme du retour, Dany Laferrière

J’ai déjà parlé ici des livres de Dany Laferrière à plusieurs reprises. J’ai acheté L’énigme du retour peu de temps après sa sortie quand je vivais à Montréal et je l’ai emmené dans mes bagages sans l’avoir ouvert jusqu’à maintenant. Je ne sais pas dire exactement pourquoi. La peur d’être déçu par un livre acclamé par la critique et les lecteurs (L’énigme du retour a remporté le prix Medicis en 2009, le grand prix de la ville de Montréal la même année ainsi que le prix des libraires du Québec en 2010) ? La réticence d’aborder le thème du retour au pays alors que je faisais moi-même un retour en France ? Sans doute de mauvaises raisons qui ne valent plus en 2014 et qui font que j’ai entrepris la lecture de ce roman.

enigme-du-retour-laferrière

Le narrateur de ce roman autofictionnel est de retour en Haïti après 35 ans d’exil. Ce retour au pays natal est déclenché le décès de son père qui vivait lui aussi en exil mais à New-York. Le narrateur va annoncer ce décès à sa mère restée au pays. Plusieurs décennie d’exil ont modifié sa personnalité : d’Haïtien pur sucre, il est devenu par la force des choses habitué à la vie dans le froid de l’hiver québécois. ce retour au pays est l’occasion d’une redécouverte de son pays, de son enfance et de ce qui l’a façonné comme adulte.

Ce livre n’est pas tout à fait un roman. C’est une autofiction qui pourrait mériter qu’on la considère comme un épisode autobiographique. L’énigme du retour tient aussi de la poésie : il est émaillé de nombreux haïkus qui donnent un relief additionnel et une musicalité propre  à un ouvrage déjà riche en sensations et en couleurs.

Dany Laferrière propose avec ce livre  une réflexion sur Haïti, sur ce que ce pays a été et ce qu’il est devenu. Le temps passe mais les choses ne changent pas pour un peuple haïtien vivant dans la pauvreté avec un exode rural toujours plus fort et des villes contrôlées par des bandes armées. La riche culture haïtienne est elle aussi toujours là, c’est un repère pour ce narrateur qui confronte ses souvenirs à la réalité d’Haïti aujourd’hui. Quelle est son identité auprès des siens après des décennies d’exil où il a vécu des choses très différentes de ceux qui sont restés ?

La beauté et la qualité de l’énigme du retour réside dans le fait qu’on lit un parcours très personnel qui est de fait très éloigné de ce que n’importe quel lecteur peut bien vivre. Et pourtant ce récit possède une porté universelle car les questionnements qu’il propose sur l’identité, l’enfance, la relation à la famille… tout cela vient toucher le lecteur dans sa personne. Il suffit de se laisser porter et de savourer lentement le beau texte de Dany Laferrière. Je recommande chaudement, évidemment.

 

Les autres livres de Dany Laferrière mentionnés sur ce blogue :

La légende des anonymes et autres promenades, Jérémie Leduc-Leblanc

La recrue du mois d’avril est Jérémie Leduc-Leblanc avec un premier recueil de nouvelles intitulé La légende des anonymes et autres promenades. N’oubliez pas d’aller sur le site de la Recrue du Mois pour lire les avis des autres commentateurs et découvrir de nouveaux auteurs québécois.

Une légende est un texte qui présente un héros ou un mythe fondateur. Bel oxymore donc que ce titre qui prétend raconter des histoires importantes tout en taisant l’identité de ses héros. D’emblée le propos est littéraire. Ce recueil de nouvelles plaira à ceux qui aiment les livres d’ambiance. En effet, ces nouvelles ne racontent pas des histoires. Elles sont plutôt des instantanés de moments de la vie : rupture, souvenirs d’enfance, discussions. S’il est souvent difficile de deviner le contexte de chacune des nouvelles, elles ont en commun un questionnement sur l’identité du narrateur. Rarement identifié et parfois commun à plusieurs nouvelles, ce dernier s’interroge sur son passé, sa famille, ses relations amoureuses etc. Sur ces 16 nouvelles, une seule est écrite du point de vue d’un narrateur omniscient. Les autres sont écrites à la première personne sur un ton intimiste. Le questionnement est ainsi rendu plus proche du lecteur.

On aimera ou pas le style de Jérémie Leduc-Leblanc mais ça vaut la peine de se laisser déstabiliser. Chacune de ces nouvelles est à savourer lentement pour bien s’imprégner de son atmosphère. Particularité à double tranchant, ce recueil est très homogène dans le style et les thèmes abordés. Si cela permet de plonger le lecteur dans l’univers de Jérémie Leduc-Leblanc, il faut aussi admettre qu’aucune nouvelle ne ressort particulièrement du lot. Quelques jours après la lecture, j’ai du mal à en citer une ou deux qui auraient une identité propre.

Publié chez les éditions Triptyque.

Va, vis et deviens, Radu Mihaileanu et Alain Dugrand

Pour une fois un roman est adapté d’un film et non l’inverse. Plus précisément, le roman a été adapté du scénario écrit par Radu Mihaileanu pour son film qui porte le même nom : Va, vis et deviens.

On y suit l’histoire des Falashas, ces juifs éthiopiens qu’on appelle aussi les Beta Israël. En 1984 a lieu une opération secrète visant à les évacuer vers Israël via des camps de réfugiés au Soudan. C’est dans un de ces camps qu’une mère chrétienne pousse son fils âgé de 9 ans à prendre la place d’un enfant juif décédé. Elle le chasse d’une gifle et lui dit ces mots simples mais lourds de sens : va, vis et deviens ! Une fois arrivé sur le territoire israélien, il est renommé Schlomo et découvre un monde complètement nouveau pour lui. Commence alors une vie à laquelle il n’aurait pas du avoir droit, n’eût été de la volonté de sa mère et du terrible secret qu’il porte : il n’est ni juif ni orphelin.

Voilà un livre que j’ai trouvé intéressant. D’abord parce qu’il fait connaître au lecteur l’existence de juifs africains. Mais c’est avant tout un roman sur l’identité. Comment se définir quand on ne possède pas les codes de la société dans laquelle on vit ? Comment se construire alors qu’on a le sentiment d’être un usurpateur ? Schlomo subit le racisme, l’ostracisme, la pitié, l’envie… C’est pour lui un rude apprentissage du judaïsme et de la vie dans une société occidentale. La tolérance et l’amour auront toutefois raison de bien des obstacles. Le déroulement de l’histoire est certes convenu. Je ne surprendrai personne en révélant que le livre se termine bien. Il fallait un happy ending cinématographique. Mais l’évolution du personnage principal est globalement bien menée.

Ce roman m’a permis de plonger au cœur de la société israélienne avec ses vagues d’immigration successives et les politiques d’intégration des autorités, la vie en communauté dans les kibboutz, les sensibilités religieuses diverses et les tensions avec les Palestiniens. Tout cela m’a donné envie de mieux connaître Israël par le biais de sa littérature. Les visiteurs de ce blogue auraient-ils quelques suggestions à me faire ?

La femme fragment, Danielle Dumais

Danielle Dumais avec la femme fragment est la dernière recrue de l’année 2009.

Le personnage principal du roman est une jeune femme nommée Caroline. Elle a été élevée par un père âgé et solitaire qui a tout fait pour lui montrer la beauté de la vie. Sa mère a disparu peu de temps après sa naissance. Caroline ne s’est jamais posé de questions sur son histoire familiale et s’est contentée des réponses évasives de son père. Mais quand son père meurt, elle apprend la véritable histoire de sa mère et les souffrances qu’elle a endurées avant de rencontrer le père de Caroline et de lui proposer d’avoir un enfant ensemble. Caroline est bouleversée et s’interroge sur son identité et ses relations avec les autres, en particulier avec les hommes.

J’ai tout de suite aimé me plonger dans la femme fragment. Danielle Dumais a choisi de dresser le portrait de Caroline en mosaïque en la décrivant petit à petit tantôt du point de vue de son entourage (amis, famille, collègues, conjoints) et tantôt en la laissant s’exprimer à la première personne. Ce procédé rend le récit dynamique. À ça s’ajoute une aura de mystère autour de Caroline qui n’est pas une femme facile à cerner. Elle-même s’interroge sur qui elle est quand elle apprend l’histoire de sa mère. Elle entame une quête d’identité qui l’amène à faire de nouvelles rencontres.

J’ai l’impression d’avoir eu affaire à deux livres distincts en lisant la femme fragment. Les deux premiers tiers portent sur la recherche de son passé et le reste du livre est consacré à la recherche d’un conjoint. La rupture entre les deux se produit quand Caroline décide de s’expatrier pour faire le point. C’est peut-être sévère mais je me suis senti trompé car pour moi Caroline perd son objectif initial qui est de se définir une fois qu’elle connaît mieux l’histoire de sa famille. C’est un peu comme si elle abandonnait ce projet pourtant central pour se consacrer plus banalement à sa vie amoureuse. Et je n’ai pas l’impression qu’elle finisse par obtenir les réponses à ses questions. En fait, la première partie du roman est ambitieuse et fort réussie. Je l’ai trouvée très solide dans sa facture et le sujet universel de la connaissance de soi est maîtrisé. Malheureusement le propos finit par s’éloigner de la quête d’identité pour tomber un peu à plat. J’ai refermé ce livre en étant déçu car il m’a semblé que Danielle Dumais s’est perdue en chemin comme son personnage. Enfin, je trouve que Caroline perd de sa superbe au fur et à mesure du roman. De mystérieuse et rêveuse au début du roman, elle devient terne et sans saveur alors que le récit se fait à la première personne.

Malgré cette déception personnelle, la femme fragment demeure un très bon premier roman. Danielle Dumais possède une voix originale et sait amener le lecteur dans l’univers qu’elle a créé. Le fait que je n’ai pas pu lâcher le livre est un bon indice de ses qualités.

Trilogie new-yorkaise, Paul Auster

Quand j’aime bien un livre d’un auteur, j’essaie d’en savoir un peu plus en m’attaquant à un autre de ses ouvrages. Je l’ai fait récemment pour Guillaume Musso (déception confirmée) et pour John Steinbeck (surprise teintée de déception). Je l’avais fait il y a quelques années avec Émile Zola après avoir lu L’œuvre. J’avais alors poussé le vice un peu loin en lisant avec un énorme plaisir la totalité des Rougon-Macquart. Les éditions Bouquins me remercient encore, mes parents un peu moins car ça prend de la place chez eux. J’ai lu il y a quelques mois mon premier Paul Auster avec La nuit de l’oracle que j’avais globalement apprécié. Peu de temps après cette lecture, j’étais allé m’acheter un autre roman du même auteur, en l’occurrence Trilogie new-yorkaise. Roman que je viens de terminer.


Ce livre rassemble trois histoires. La première s’intitule Cité de verre et met en vedette un écrivain de polars. Celui-ci se voit confier une enquête suite à un quiproquo : on le contacte en pensant qu’il est un détective privé. Son travail consiste à protéger un jeune homme qui avait été enfermé dans une pièce obscure une bonne partie de son enfance par son père devenu fou. Le père a purgé sa peine et l’épouse du jeune homme craint qu’il ne cherche à faire du mal à son fils pour se venger des années passées en prison. Le faux détective va enquêter sur le père et prendre très à cœur sa mission.
Dans Revenants, le deuxième roman, nous suivons un détective privé, un vrai celui-ci, dont la mission consiste à observer les faits et gestes d’une personne et d’envoyer des rapports réguliers à la personne qui l’a embauché. Or on ne sait pas grand-chose de son employeur qui tient à rester anonyme mais qui lui a demandé de se consacrer exclusivement à cette tâche. La personne à surveiller s’avère être un écrivain dont le quotidien est assez monotone. Il s’agit donc d’une tâche peu passionnante pour un détective habitué à un peu plus d’action.
Enfin, le troisième roman, la Chambre dérobée, met en scène un homme contacté par la femme de son ami d’enfance. Celui-ci est écrivain et a récemment disparu et avait demandé à ce que ses écrits soient confiés à son ami pour qu’il juge de leur valeur littéraire. Il s’avèrera que ses romans, ses poèmes et ses pièce de théâtre sont dignes d’être publiées et le seront. Le narrateur recevra une mystérieuse lettre lui apprenant que son ami disparu n’est en fait pas mort contrairement à ce que tout le monde croyait.

Comme je l’avais souligné à la lecture de La nuit de l’oracle, les histoires des romans de Paul Auster ne sont pas formidables quand on doit les résumer. Trilogie new-yorkaise ne déroge pas à cette règle. New-York joue finalement un rôle effacé dans le roman. Ce livre repose d’abord sur le ressort du psychologique. L’auteur possède un véritable talent pour entrer dans la tête des gens et rendre compte de leur état d’esprit. Paul Auster est un raconteur d’histoire hors pair : en deux pages le décor est posé et on embarque dans l’histoire. Il a également un certain talent pour perturber le lecteur. La lecture de Trilogie new-yorkaise est dérangeante. Je me suis senti un peu mal à l’aise durant certains passages. Rien de scabreux mais les réactions des personnages ont parfois de quoi surprendre. Paul Auster s’amuse aussi à bousculer le lecteur en jouant avec l’identité de ses personnages. L’identité est d’ailleurs le thème commun aux trois romans de Trilogie new-yorkaise. Serions-nous les même si on quittait tout ce qui fait notre quotidien ? Ne serait-on pas tenté de prendre une autre identité ? Ce thème est déjà présent dans La nuit de l’oracle dans un des romans du narrateur. Son héros quittait d’un seul coup sa femme et la ville où il vit pour s’installer ailleurs et prendre une nouvelle identité.

Décidément, je n’arrive pas à déterminer si Paul Auster est brillant ou s’il ne fait que jouer avec le lecteur via des mises en abyme perpétuelles. L’histoire de l’écrivain qui écrit des livres commence à être un peu répétitive à mon goût. Je n’arrive pas encore à me faire une opinion. Je vais devoir lire un autre roman de Paul Auster : des suggestions ?

Ma note 4/5.