De sang froid par Truman Capote

La première fois où j’ai entendu parler de Truman Capote, c’était à l’occasion de la sortie du film Capote mettant en vedette l’excellent Philip Seymour Hoffman. Il y interprétait le fameux journaliste du New-Yorker alors qu’il enquêtait pour écrire le livre qui allait devenir De sang froid.

Le livre est tiré d’une histoire vraie. Il s’agit d’un fait divers ayant eu lieu au Kansas par une nuit de novembre 1959, dans la petite ville de Holcomb. Les quatre membres de la famille Clutter, le père Herb, la mère Bonnie, la fille Nancy et le fils Kenyon ont été assassinés. Les meurtres ont été perpétrés méthodiquement et de manière très violente. Il est également apparu que ces assassinats ont eu lieu sans motif apparent, aucun objet de valeur n’ayant disparu de la maison. Pour ajouter au mystère, les meurtriers n’ont laissé presque aucune trace derrière eux.

De sang froid n’est pas écrit à la manière d’un roman policier car on connaît les coupables assez rapidement dans le livre. Il s’agit de Perry Smith et Dick Hickock, deux ex-détenus du pénitencier d’état du Kansas. On les suit d’ailleurs dans le périple qui va les mener à s’introduire dans la maison des Clutter et à assassiner toute la famille. Sitôt le crime accompli, ils partent en cavale pour être finalement arrêtés quelques mois plus tard à Las Vegas. Il s’en est fallu de peu que Smith et Hickock ne disparaissent dans la nature et que toute l’affaire demeure non résolue.

Truman Capote a reconstitué le travail des enquêteurs qui va les conduire à recueillir les aveux des deux hommes. De même, le procès des meurtriers est raconté avec force détails. Ils seront déclarés coupables et condamnés à la pendaison (on ne rigole pas dans le Midwest américain).

Truman Capote

J’ai trouvé que la force du livre de Truman Capote est le récit très factuel, sans fioritures ni effets dramatiques. De sang froid est un bon livre de bout en bout. Je me suis laissé entraîner dans cette histoire et ce n’était plus possible de lâcher le livre ! La partie consacrée au procès est peut-être moins passionnante, moins trépidante mais après avoir lu les détails sur la vie de la famille Clutter, sur la cavale des meurtriers et sur l’enquête de la police, on a une sorte de fascination pour les meurtriers, on veut les comprendre, savoir ce qui les a conduit à se comporter de manière si ignoble envers une famille ordinaire, presque typique de l’Amérique des années 50. Alors, on poursuit la lecture avec un voyeurisme assumé envers ce fait divers et envers les coupables. Truman Capote s’appuie beaucoup sur la psychologie pour brosser le portrait des meurtriers, on en apprend sur leur histoire personnelle, leurs raisonnements tordus et leur relation l’un avec l’autre. La dernière partie du livre ressemble quasiment à une biographie de Smith et Hickock. Bien sûr le livre en lui-même révèle la fascination de l’écrivain pour l’affaire de Holcomb mais à aucun moment, l’auteur ne bascule dans le sensationnalisme. On a plutôt affaire à un compte-rendu précis, presque chirurgical. Le geste des deux hommes est expliqué mais pas excusé. Smith et Hickock sont deux paumés qui n’ont pas une vie facile mais ils auraient pu renoncer à leur sombre projet à plusieurs reprises. Or jamais ils ne l’ont fait.

À la lecture de De sang froid, j’ai été impressionné par le travail titanesque qu’a représenté l’écriture du roman : suivre l’affaire sur place, rencontrer et interroger les dizaines de témoins et surtout les protagonistes directs du faits divers. C’est une somme de travail impressionnante et, grâce à Truman Capote, on touche du doigt le fait que l’assassinat des Clutter a bouleversé de nombreuses vies : d’abord celles des victimes et leurs proches, mais aussi celles des habitants de Holcomb, des enquêteurs et des familles des accusés. De sang froid raconte l’histoire d’un fait divers triste qui reste fascinant même 50 ans plus tard.

Ma note : 5/5

Publicités