Une saison dans la vie d’Emmanuel, Marie-Claire Blais

Une saison dans la vie d’Emmanuel est un classique de la littérature québécoise.

saisonvieemmanuel

Marie-Claire Blais ne prend pas la peine de situer l’action dans le temps ou dans l’espace. Mais on se rend compte qu’elle décrit le Québec à une époque pas si lointaine que ça. Sauf erreur, les seules indications qu’on a sur l’époque sont le fait que l’électricité n’est pas encore généralisée dans les maisons et que le transport se fait en véhicule tiré par des chevaux.

Nous sommes à la campagne dans une famille nombreuse : le petit Emmanuel qui vient de naître en est le seizième enfant. La maison est dominée par la redoutable présence de Grand-Mère Antoinette. C’est une vieille femme tantôt intransigeante tantôt attendrie par ses petits-enfants. Parmi ceux-ci, on s’attarde sur Jean Le Maigre, le poète tuberculeux, le Septième, voleur notoire, Pomme le fainéant et Héloïse la jeune fille renvoyée du couvent en raison de mystérieuses crises de nerfs.
Une saison dans la vie d’Emmanuel est un livre sombre qui décrit un quotidien fait de misère. Voici un inventaire non exhaustif des thèmes qui traversent le livre de Marie-Claire Blais : la maladie, la faim, la violence, la mort, l’illettrisme, le viol conjugal, la pédophilie, l’alcoolisme, l’inceste entre frères, la prostitution et un aperçu des conditions difficiles du monde ouvrier.
Ajoutez à ça une omniprésence de la religion à travers le pouvoir du bas clergé dans le quotidien des familles et vous aurez un tableau sans fard. Il est difficile de se défaire de la sensation de malaise qu’on a à la lecture du livre.

Alors pourquoi lire ce livre ?
D’abord pour le style d’écriture de Marie-Claire Blais. Je ne sais pas vraiment comment le décrire mais elle décrit des scènes qu’elle interrompt, des détails insignifiants, des impressions vagues et des dialogues parfois anodins. Le tout forme un maelström qui finit par donner une image complète de la situation et des personnages. Le narrateur change en plein milieu d’un chapitre sans que cela ne porte préjudice au livre. Si Marie-Claire Blais était peintre, elle serait cubiste.
Au cas où vous vous poseriez la question, la plupart des thèmes sensibles ne sont que suggérés.
J’ai aussi trouvé que la lecture de ce livre était pertinente pour des raisons que je qualifierais de sociologiques. Je me dis que l’impact à sa publication en 1965 a du être très important. En effet, il est arrivé pendant la période dite de la Révolution Tranquille, l’époque à laquelle les francophones du Québec ont pris conscience d’eux-mêmes en tant que peuple. En ce sens, une saison dans la vie d’Emmanuel a forcément contribué à ce que les Québécois se regardent dans le miroir.

5 étoiles

Du même auteur : Soifs.

Publicités