Un membre permanent de la famille, Russel Banks

Souvenez-vous il y a quelques années, je vous parlais du noveliste américain Russell Banks suite à la lecture de Trailerpark qui décrivait la vie dans un camping de mobile homes de la Nouvelle-Angleterre.

Un-membre-permanent-de-la-famille Russel Banks

Un membre permanent de la famille est un recueil de 12 nouvelles. Elles ont comme point commun d’avoir plus ou moins un lien avec le Nord-Est des Etats-Unis (l’Etat de New-York, le Vermont ou le New-Hampshire). Mais surtout, les nouvelles de Russell Banks dressent le portrait d’une Amérique moderne et un peu mal en point à travers des personnages qui traversent des moments de faiblesse, de solitude voire de crise. Il est notamment question d’un militaire à la retraite qui arrondit ses fins de mois en braquant des banques, d’un ex mari invité à la fête de Noël donnée par son ex-femme et le nouveau mari de celle-ci (ce qui donne un moment de malaise particulièrement angoissant), de la rencontre d’un transplanté avec la veuve de celui qui lui a donné son cœur. Ou encore de cet homme qui attend son avion au bar de l’aéroport. Il discute avec une femme qui lui raconte être à la recherche d’une ancienne amie nommée Veronica. Doit-il la croire ou pas ? son récit est-il réel ou imaginé ?

Je retiens quelques-unes de ces nouvelles en particulier. Dans Un membre permanent de la famille (nouvelle qui donne son titre au recueil), le récit est celui d’une famille décomposée où ce n’est pas forcément la garde des enfants qui pose le plus gros problème mais le symbole représenté par le chien de la famille. Qui doit le garder et qui doit s’en occuper ? Dans Oiseaux des neiges, une femme perd son mari alors qu’ils passent l’hiver en Floride, loin du froid du Nord de l’Etat de New-York. Sa meilleure amie vient la soutenir et se questionne sur la manière de vivre le deuil et sur sa vie de couple. La nouvelle intitulée Big dog voit un artiste plasticien remporter un prix prestigieux et une bourse conséquente de 500 000 dollars. Il annonce la nouvelle à ses amis proches lors d’un dîner mais le syndrôme de l’imposteur et les remarques acerbes d’un des convives l’amènent à douter de lui. Mais la nouvelle qui m’a le plus marqué en raison de l’injustice qu’elle décrit est Blue Ventana où une femme veut acheter une voiture d’occasion. Elle a beaucoup économisé pour cela et craint de se faire avoir par des vendeurs qui ne la prennent pas au sérieux. Lors de sa visite, elle se fait enfermer par erreur dans le parc de voitures d’occasion et est victime de l’indifférence des personnes qu’elle essaie d’avertir. La tension est très forte dans cette nouvelle et le terrible dénouement n’est révélé que lors des trois dernière phrases seulement du texte.

Que dire de plus ? Russell Banks est un auteur talentueux. J’ai été rapidement capté par chacune de ces nouvelles. Et il sait faire passer des moments de malaise et ces courts instants de la vie où tout peut basculer. Russell Banks est très fin dans son écriture et sait faire passer toute une palette d’émotions à travers ses textes. C’est un maître de la nouvelle !

Swamplandia!, Karen Russell

Après Donna Tartt, Rachel Kushner et Chimamanda Ngozi Adichie, je poursuis la découverte d’auteures américaines contemporaines. Swamplandia! est un roman écrit par Karen Russell en 2011. Je l’ai lu en version originale.

Swamplandia - Karen Russell

Swamplandia! est un parc d’attraction d’un genre un peu particulier tenu par la famille Bigtree. Situé sur une île du golfe du Mexique à quelques encablures de la côte de Floride, ce parc a pour thème les alligators, nombreux dans les marécages de la région des dix mille îles. Les Bigtree sont des lutteurs réputés qui combattent les crocodiles à mains nues, offrant aux visiteurs du parc des spectacles riches en émotions. Le roman commence alors que la mère, Hilola Bigtree, décède d’un cancer et que le grand-père, Sawtooth Bigtree, atteint de sénilité, quitte l’île pour vivre dans une maison de repos sur le continent. Le père et les trois adolescents restent sur l’île mais peinent à maintenir à flot le parc Swamplandia! alors qu’un nouveau parc d’attraction, the World of Darkness, vient d’ouvrir sur la terre ferme.

Les enfants apprennent à se débrouillent seuls car le père, surnommé The Chief, fait d’abord tourner le parc seul avant de partir sur le continent. Il est suivi peu de temps après par Kiwi, le fils aîné, qui veut trouver le moyen de sauver le parc familial en allant espionner le parc concurrent. Les deux filles, Ava et Ossie, restent sur l’île, livrées à elles-mêmes.

Ava est la narratrice d’un chapitre sur deux. Une bonne partie du roman est vu à travers ses yeux. Son jeune regard à la fois naïf – car elle est jeune – et triste – car elle a perdu sa mère – donne le ton du roman. Elle voit sa sœur s’intéresser au spiritisme et quitter son lit le soir pour retrouver des esprits dans les marécages. Les autres chapitres sont des récits à la troisième personne pour suivre Kiwi sur le continent. Ce jeune homme qui était très à l’aise sur l’île familiale et très entouré par les siens s’avère socialement inadapté sur le continent. Il découvre de plein fouet les cruelles interactions avec les jeunes de son âge.

Swamplandia! est un conte pour adulte. Il décrit la fin de l’enfance. Alors que la mère protectrice décède, c’est la cellule familiale qui éclate. Chacun des membres de la famille est violemment confronté à la réalité. La naïveté mignonne du début du roman laisse place à des moments difficiles pour chacun. Je n’en dis pas plus car le roman comporte un certain suspense.

Karen Russell propose un roman avec un univers riche au milieu de la nature si particulière de la Floride. Les personnages sont hauts en couleurs, tant la famille Bigtree que les personnages secondaires souvent déjantés. Outre cet univers foisonnant, je retiens de Swamplandia! un moment mêlant adroitement l’imaginaire et le réel pour mieux signifier la dureté du monde des adultes.