Tarmac, Nicolas Dickner

Je vous disais il y a un an que, suite à ma lecture de Nikolski, j’avais hâte de lire le second roman de Nicolas Dickner, Tarmac. Deux constats s’imposent : j’aime vraiment le style de Nicolas Dickner et le temps passe très vite puisqu’il m’a fallu un an pour me lancer dans cette lecture.

En 1989, Hope Randall débarque dans la vie du narrateur alors qu’elle et sa mère ont fui Yarmouth en Nouvelle-Écosse dans la Lada familiale. La mère de Hope avait en effet visualisé une fin du monde prochaine qui nécessitait de partir vers l’Ouest. Leur chemin s’arrête au Québec à Rivière-du-Loup. Le narrateur, un adolescent qui vit dans le sous-sol du bungalow de ses parents, fait donc connaissance avec Hope, une jeune fille surdouée qui s’occupe tant bien que mal de sa mère obsédée par la fin du monde. Hope elle-même va subir la malédiction familiale et entrevoir à son tour la date de la fin du monde.

Cette histoire fort bien racontée sait retenir l’attention du lecteur. Mais ça va plus loin. Nicolas Dickner est une personne curieuse. Le roman prend donc parfois des allures de miscellanées et en tant que lecteur vous apprendrez plein de choses sur la fabrication du ciment, la science, la télévision, Tokyo et une foultitude d’autres choses qui s’insèrent à merveille dans le récit. Avec Tarmac, Nicolas Dickner brosse un portrait de la classe moyenne nord-américaine : ses obsessions, ses qualités, ses travers. Ce roman est très riche et il y a matière à énormément de réflexions au sujet du quotidien et du trivial. Ce livre est pour les lecteurs qui aiment se laisser raconter une histoire. Pas de morale, ni de dénouement spécial (comme dans Nikolski finalement) et c’est très bien comme ça. C’est un livre que je n’ai pas lâché et que je recommande fortement.

Je crois avoir repéré un fait erroné dans Tarmac : à un moment donné, les deux personnages principaux lisent le journal qui parle du grand prix de Montréal. Nous sommes censés être à l’automne 1990. Or le Grand Prix a eu lieu en juin cette année là comme les autres années. Soit le journal n’était pas du jour, soit il s’agit d’une erreur de l’auteur (mais j’en doute étant donné l’attention qui est donnée aux détails).

Publicités

Tais-toi, je t’en prie, Raymond Carver

Raymond Carver est un auteur américain surtout connu pour ses recueils de nouvelles décrivant les milieux populaires en Oregon. Tais-toi, je t’en prie a été publié en 1976.

C’est toujours un exercice délicat de faire le résumé d’un recueil de nouvelles sans s’arrêter sur chacun des textes. Ce livre compte 21 nouvelles. Parmi celles qui ont particulièrement retenu mon attention il y a celle d’un enfant qui fait l’école buissonnière pour aller pêcher dans un ruisseau qu’on devine insalubre, celle du couple qui essaie sans succès de se rabibocher dans un resto, celle de la femme qui met ses charmes à contribution afin de vendre la voiture du ménage endetté, celle du couple qui s’installe dans un quartier sous l’œil méfiant du facteur et celle des deux couples d’amis qui se font une soirée à fumer des substances illicites (Oregon oblige).
Ces textes courts m’ont fait penser à des miettes de vie mais qui se suffisent à elles-mêmes pour que le lecteur puisse se faire une idée d’une réalité. Les nouvelles tournent autour de l’enfance, du couple, de la famille et de l’amitié. Tout cela est raconté sur fond de chômage, d’endettement et d’emmerdes quotidiennes. Il n’y a pas de glamour dans ces nouvelles de Raymond Carver. Il présente des gens de la classe moyenne urbaine et rurale : serveuse de restaurant, facteur, écrivain aux débuts difficiles, chômeur etc. De l’ordinaire format nouvelles.

J’ai beaucoup aimé le style de Raymond Carver qui est d’une sobriété admirable. Il suffit de quelques phrases pour être plongé dans la réalité de ses personnages. Il atteint des sommets quand il décrit des malaises familiaux comme dans la micro nouvelle (2 pages !) où les membres d’une famille s’aperçoivent au détour d’une conversation banale que le père ne ressemble  à personne dans la famille. Et que dire du texte décrivant un père déchiré quand vient le moment de se débarrasser de la chienne que ses enfants adorent mais qu’il considère comme un sale cabot ? Brillant.

Raymond Carver a un style minimaliste et redoutablement efficace. Ses nouvelles ne comportent pas de morale et pas nécessairement de chute en fin de texte. Juste des instantanés de la vie quotidenne. S’il n’avait pas été écrivain, Raymond Carver aurait assurément été un excellent photographe.