Vendetta, R.J. Ellory

Fait inhabituel, je ne sais pas pourquoi Vendetta de R.J. Ellory s’est retrouvé dans ma liseuse. Je laisse rarement les lectures au hasard. Pas sûr que je serais allé vers cet auteur dont j’avais toutefois croisé le nom mais sans chercher plus loin.

Une jeune femme est enlevée à la Nouvelle-Orléans. Après plusieurs jours, un homme se livre à la police. Son nom est Ernesto Perez. Il est disposé à révéler où elle se trouve à condition qu’il puisse raconter l’histoire de sa vie à Ray Hartmann, un fonctionnaire qui lutte contre le crime organisé. Convoqué par le FBI en Louisiane, celui-ci écoute Ernesto Perez balayer plusieurs décennies de crimes réalisés pour le compte de la mafia entre La Havane, New-York, Los Angeles et Chicago tout en espérant que la jeune femme puisse être sauvée.

Bien m’en a pris de me laisser tenter par cette lecture. J’ai adoré Vendetta. C’est un roman très cinématographique. Le parallèle est évident avec Usual Suspects avec un homme qui se livre aux autorités et commence à raconter l’histoire de sa vie. Même si dans le cas présent, la vie de Perez est conforme à ce qu’il raconte, le twist final m’évoque inévitablement Usual Suspects, même si la révélation finale est relativement prévisible. Une lecture qui plaira aux amateurs de cinéma, de mafia et de polars. Ceux qui aiment frissonner à la lecture de crimes particulièrement tortueux seront servis. R.J. Ellory en profite pour expliquer (fictivement) trois des meurtres les plus célèbres de l’histoire moderne des Etats-Unis : celui du syndicaliste aux relations interlopes Jimmy Hoffa, celui de JFK et celui de son frère Robert. Le suspense est tel que je me suis surpris à avaler les 400 pages du roman sans problème. La Nouvelle-Orléans et la Louisiane fournissent un décor moite et sombre qui est idéal pour un roman de cette trempe.

Dans la série des lectures qui se télescopent, j’ai lu Vendetta juste après Shibumi, un autre roman qui décrit la vie d’un tueur à gages.

Vendetta a remporté le prix des libraires du Québec en 2010.

Publicités

A heartbreaking work of staggering genius, Dave Eggers

J’ai connu Dave Eggers par la préface d’Infinite Jest qu’il a signée dans l’édition que j’ai lue. Il y proposait un texte intéressant sur ce qui fait la particularité de ce roman fleuve de David Foster Wallace : un roman exigeant pour le lecteur.

Heartbreaking Work Staggering Genius Dave Eggers

Dave Eggers est lui-même un auteur à succès. Son livre A heartbreaking work of staggering genius a été un best seller au début des années 2000 aux Etats-Unis. Classé dans la catégorie non fiction lors de sa publication, ce livre au titre improbable se révèle selon Dave Eggers lui-même être une autobiographie romancée. Bien que dès la préface et à plusieurs reprises dans le roman Dave Eggers abatte le quatrième mur, il admet avoir romancé certaines parties du livre. C’est pourquoi je préfère le classer dans la catégorie littérature américaine.

Le narrateur a la jeune vingtaine quand son père et sa mère décèdent à quelques semaines d’intervalle seulement. Ils sont tous les deux victimes du cancer. Le narrateur, Dave Eggers lui-même car c’est son histoire, se retrouve avec sa sœur en charge de Toph, leur jeune frère de 8 ans. Le début du livre est consacré aux derniers jours passés avec sa mère. Le récit se déporte ensuite quelques semaines plus tard à San Francisco où tous les trois ont déménagé suite au décès de leurs parents. Le narrateur se retrouve avoir des responsabilités de père vis-à-vis de son jeune frère. Comment endosser ce rôle tout nouveau pour lui et comment repartir du bon pied après la perte de ses parents ?

Si vous aimez les livres sans direction précise, A heartbreaking work of staggering genius est fait pour vous. Ça foisonne dans tous les sens au fur et à mesure des réflexions du narrateur. Le problème pour moi est que ce narrateur ne m’est pas apparu comme franchement sympathique. C’est un mou qui se dévalorise dans son rôle de parent et dans son rôle d’entrepreneur. Le tout donne un ton plutôt geignard au livre, à la manière d’un enfant gâté. C’est paradoxal alors qu’il vient de perdre ses parents, il n’a suscité que peu de pitié. En fait, j’ai rapidement lâché prise à la lecture de ce livre. Je l’ai lu jusqu’au bout mais ce qui m’a perturbé est que subitement, on passe de la chambre d’hôpital de sa mère à leur vie quelques semaines/mois plus tard à San Francisco. On apprend en effet qu’ils ont quitté leur vie près de Chicago pour s’installer sur la Côte Ouest. Je retiens tout de même quelques passages amusants quand le narrateur évoque ses craintes et réflexions sur les risques à laisser Toph sous la responsabilité d’un babysitter. Mis à part ça, j’ai trouvé que le superficiel est érigé en matière première du roman et malheureusement, ça tombe à plat. Bref ça n’a pas fonctionné pour moi. Au cas où pour ceux que ça intéresse, ce livre a été traduit en français sous le titre Une œuvre déchirante d’un génie renversant.

Volkswagen Blues, Jacques Poulin

Jacques Poulin est un auteur québécois qui m’a été recommandé à de nombreuses reprises. Et en particulier son livre intitulé Volkswagen Blues. Un passage par la bibliothèque et j’étais paré pour la lecture de ce roman québécois.

Volkswagen Blues

Volkwagen Blues est la chronique de la rencontre de deux personnes et de leur départ sur les routes canadiennes et américaines. Jack Waterman est un homme entre deux âges. Il voyage dans un bus Volkswagen (qu’on imagine bien être un modèle Westfalia, celui des hippies). Jack Waterman est son pseudonyme d’écrivain, on ne connaîtra jamais son vrai nom et le narrateur parle de lui en l’appelant l’Homme, tout simplement. Son acolyte est Pitsémine. C’est une jeune métisse, mi blanche mi montagnaise. Elle est surnommée la Grande Sauterelle à cause de ses longues jambes maigres. La rencontre entre les deux personnages a lieu à Gaspé alors que Pitsémine fait du stop (du pouce comme on dit au Québec) pour aller rencontrer sa mère qui travaille comme femme de ménage au musée de la ville. L’Homme est lui à la recherche de son frère Théo dont les dernières nouvelles remontent à quelques années sous la forme d’une carte postale mystérieuse envoyée de Gaspé.

Les deux voyageurs vont ainsi aller de ville en ville pour suivre la trace du frère de Jack. A chaque arrêt, ils mènent une petite enquête pour retrouver des indices du passage de Théo. Sur la route et au volant du bus Volkswagen, Pitsémine et l’Homme se racontent leurs vies, partagent des anecdotes, visitent des lieux historiques. L’Histoire est omniprésente tout au long de Volkswagen Blues. L’itinéraire emprunté est globalement le suivant : Gaspé, Québec, les Milles îles, Toronto, Détroit, Chicago, Saint-Louis. Ils suivront ensuite la piste de l’Oregon pour rejoindre San Francisco. C’est à peu de choses près le chemin qu’ont parcouru les explorateurs francophones d’abord (Jacques Cartier, Jolliet, Marquette et Cavelier de Lasalle pour en nommer quelques-uns) puis la route qu’ont suivie les pionniers américains jusqu’en Californie. Leur parcours symbolique de l’embouchure du fleuve Saint-Laurent jusqu’à l’Océan Pacifique en passant par les grands Lacs, le fleuve Mississipi, les Prairies et les Rocheuses sera l’occasion d’en apprendre un peu plus sur l’Histoire de l’Amérique (un sujet que j’ai déjà abordé ici et ). Les discussions entre l’Homme et la Grande Sauterelle apportent un éclairage particulier sur les relations des colons (Français, Anglais et Américains) avec les Indiens, une histoire qui s’est construite sur la violence.

Volkswagen Blues est une histoire sympathique. Le livre se lit très bien et est très accessible. Il offre au lecteur de faire un beau voyage en bonne compagnie. J’aurais aimé que les relations entre les deux protagonistes soient approfondies davantage. Volkswagen Blues n’est pas un chef d’œuvre mais demeure une belle histoire. Je ne ferme donc pas la porte à d’autres livres de Jacques Poulin.