Mistouk, Gérard Bouchard

Ce roman de Gérard Bouchard m’a été offert à l’occasion de mes 31 ans. Cela fait donc plusieurs années que je l’ai en ma possession. Il a même fait le trajet du Québec jusqu’en France avec moi. Mistouk a été publié en 2002. Il est pour moi à classer à côté de classiques de la littérature québécoise que j’ai déjà lus tels que Kamouraska, Agaguk, le matou ou encore Volkswagen Blues. Outre son travail d’auteur, Gérard Bouchard est connu pour avoir co-présidé la fameuse Commission Bouchard-Taylor. Il est également le frère de Lucien Bouchard qui a été Premier Ministre du Québec.

Mistouk Gérard Bouchard

Mistouk est une fresque qui raconte la vie des colons québécois au début du XXe siècle dans la région du Saguenay-lac-Saint-Jean. Le lecteur découvre l’histoire de la famille Tremblay (patronyme emblématique de cette région) qui prend possession d’un lot de terre dans un rang et qui commence à le défricher pour en faire une terre propre à l’agriculture. La famille Tremblay compte de nombreux enfants, dont Roméo, dit Méo, l’aîné de la famille qui s’avère vite grand et fort pour son âge. C’est le personnage principal du récit et c’est à travers ses aventures au fil des années qu’on découvre la vie des habitants de l’époque. Méo a la particularité de ne pas tenir en place. Alors que ses parents Joseph et Marie aimeraient qu’il s’intéresse aux choses de la terre, lui ne rêve que de voyages et de défis nouveaux.

Les 400 pages (en mode compact) de ce roman sont l’occasion de traiter de nombreux sujets. La vie d’un village à l’époque est décrite à coup d’anecdotes pour montrer l’emprise de la religion catholique sur les individus (et sur la toponymie), le rôle des compagnies forestières ou encore la vie politique animée où les gros bras font régner la loi. Le roman compte de nombreux personnages hauts en couleur qui donnent de la matière au récit. Ce début de XXe siècle voit bon nombre de Canadiens Français (qu’on n’appelait pas encore Québécois à ce moment-là) aller s’installer aux Etats-Unis. Poussés par la misère, les francophones vont aux Etats pour travailler dans les usines. Cette émigration est tantôt temporaire, tantôt définitive à une époque où les frontières sont beaucoup plus poreuses que de nos jours. C’est l’opposition d’une industrie américaine en plein essor et de la vie de misère sur une terre à défricher. Autre sujet traité par Gérard Bouchard, les relations avec les autochtones sont décrites comme pacifiques même si leur mode de vie apparaît comme de plus en plus menacé.

J’ai vibré à la lecture de Mistouk et de l’épopée de Méo et j’ai pris un réel plaisir à découvrir cette vision de l’histoire du Québec. Ajoutons pour compléter le tout que le roman est écrit dans la belle langue du Québec avec de fortes intonations de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. N’ayez crainte, un glossaire avec des explications sur les particularismes de la langue régionale est présent en fin d’ouvrage.

Joshua, Mordecai Richler

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir à la bibliothèque municipale d’Arras un livre de Mordecai Richler, cet auteur québécois que j’avais déjà apprécié au travers de deux de ses romans : Le monde de Barney et Solomon Gursky was here. Ce roman porte aussi le nom d’un personnage : Johsua.

Joshua Shapiro est le personnage principal de ce roman. Il est issu de la communauté juive montréalaise. Au début du roman, il est mal en point et se rétablit dans sa maison au bord du lac Memphrémagog, protégé des importuns et des curieux par son père et son beau-père. Cette entrée en matière suscite suffisamment de questions qu’il est très facile pour le lecteur d’être absorbé par ce roman. D’autant que Mordecai Richler maintient le suspense sur ce qui est arrivé à son personnage principal jusque dans les dernières pages du roman. Il ajoute même en cours de route des zones d’ombre que je n’ai eu de cesse de vouloir éclairer. Avec tant d’interrogations, les 600 pages de Joshua ont été lues très vite !

Le récit n’est pas linéaire. Il est constitué de scènes au présent et de flash-backs sur différents moments de la vie de Joshua : son enfance avec un père ex-boxeur et collecteur de dettes pour la pègre italienne de Montréal, sa jeunesse en Europe comme journaliste en devenir, sa vie à Montréal comme écrivain et journaliste sportif, son mariage avec une jeune fille de bonne famille. Le parcours de Joshua Shapiro est atypique et c’est une véritable saga à lire. Bon, il ne se passe rien de vraiment spectaculaire mais Mordecai Richler possède un don : celui de rendre une histoire intéressante.

Lire Joshua, c’est aussi faire connaissance avec le Montréal d’avant et de pendant 1976, date de l’accession du PQ au pouvoir et date à laquelle de nombreux anglophones ont décidé d’émigrer vers Toronto, effrayés par la prise du pouvoir par les Canadiens Français. Avant 1976, c’est l’époque de la domination des anglophones sur la ville, de la domination de Westmount. Les Juifs sont considérés comme des moins que rien (et les Juifs de Montréal ne constituent pas une communauté homogène), tout comme les Canadiens français. McGill formait l’élite de la société et les gens biens allaient passer l’été dans leur résidence des Cantons de l’Est. Une bonne partie du roman se passe en Europe, notamment à Ibiza, bien avant que cela ne devienne une destination à la mode. C’est l’occasion de découvrir une petite ville de pêcheurs à une époque où les touristes commençaient à peine à arriver.

J’ai lu Joshua en français. Comme ça pouvait être le cas avec Le monde de Barney, la traduction française de France pêche un peu par manque de connaissance de la culture québécoise. Par exemple, connaissez-vous Maurice « la fusée » Richard ? Rien de majeur mais ça ne rend pas tout à fait compte de la vie en français au Québec.

Maria Chapdelaine, Louis Hémon

Ce que je croyais être un classique de la littérature québécoise a en fait été écrit par un auteur français. Maria Chapdelaine a en effet été écrit par Louis Hémon, un Français qui a longtemps séjourné au Canada. C’est même là qu’il a fini sa vie, happé mortellement par un train en Ontario.

Maria Chapdelaine est une jeune fille qui vit avec sa famille sur une terre dans la région du lac Saint-Jean à l’époque où les familles défrichaient des zones dans le bois pour les transformer en terres agricoles. Bientôt en âge de prendre époux, elle voit plusieurs prétendants se présenter à la famille lors de veillées et ainsi faire une cour officielle à Maria. Sur fond de travaux agricoles rythmés par les saisons, Maria devra faire un choix déterminant pour son avenir.

De par son séjour prolongé au Canada, Louis Hémon possède une connaissance fine du Canada français et des mœurs de ses habitants. Ce que je retiens d’abord de Maria Chapdelaine est la capacité de Louis Hémon à restituer la réalité de la vie dans le bois. Les efforts pour défricher la terre, pour isoler la maison du froid hivernal pour survivre loin des villes et des médecins. Mais aussi la chaleur des veillées, les rencontres sur le perron de l’église après la messe du dimanche et l’entraide entre habitants. J’ai vraiment aimé lire ce portrait de la vie rurale au Canada français.

Mais Maria Chapdelaine est bien plus que d’un roman historique. Louis Hémon réussit à écrire un roman passionnant à lire. Peu importe que vous vous intéressiez ou non à la vie d’antan au Québec. Maria Chapdelaine est indéniablement un classique de la littérature. Dans un style très simple, l’auteur démontre de superbes qualités pour décrire les tourments intérieurs de Maria et pour faire passer la chaleur qui émane de personnages avares de mots. Ses descriptions de la vie quotidienne sont courtes mais superbement tournées, laissant entrevoir une admiration pour le travail de ces familles. Cette admiration de l’auteur pour les Canadiens Français trouve son point d’orgue dans l’extase finale (un peu exagérée à mon goût) de Maria qui lui montre la voie à suivre. Son choix sera fait en fonction des trois piliers des Canadiens Français de l’époque : la religion catholique, la langue française et le mode de vie paysan.

L’emmitouflé, Louis Caron

Avec L’emmitouflé, paru en 1977, l’auteur québécois Louis Caron a remporté feu le prix littéraire France Canada (Comme Yves Thériault pour Agaguk avant lui). La quatrième de couverture dit aussi qu’il a reçu le prix Hermès mais je n’ai pu trouver aucune info sur ce prix littéraire. Quelqu’un connaît ?

emmitoufle-louis-caron

L’emmitouflé est l’histoire de Nazaire, un jeune homme de Nicolet au Québec qui fuit la conscription de 1917. Il quitte sa famille pour se cacher en pleine nature, là où les soldats canadiens n’iront pas le chercher. Il obtient de l’aide la part d’individus qui comme lui voient cette guerre et la conscription comme un beau gâchis. Le récit nous est conté des années plus tard par le neveu de Nazaire, un draft dodger qui s’est lui-même enfui au Canada pour fuir la conscription américaine de la guerre du Vietnam. Il se souvient de ce qu’il a appris sur son oncle quelques années auparavant alors que toute la famille est à la recherche de Nazaire qui a disparu au beau milieu d’une fête familiale.

L’emmitouflé est un roman à saveur historique car il a pour toile de fond (si ce n’est pour sujet principal) la crise de la conscription au Canada pendant la première guerre mondiale. Nombreux sont les déserteurs à refuser de rejoindre une armée de langue anglaise et majoritairement protestante pour combattre dans une guerre qui n’est pas la leur.

Louis Caron décrit du même coup la vie d’une famille canadienne française (les Québécois n’existaient pas encore à ce moment là) au début du vingtième siècle. Une vie faite de travaux dans les champs, de pauvreté et d’hivers longs et rigoureux. Mais c’est aussi l’histoire des relations entre les gens : l’entraide et la famille, les dénonciations et la corruption.

L’emmitouflé est donc un livre à lire car il témoigne d’un moment important dans l’histoire québécoise. Lisez le aussi car Louis Caron est un conteur talentueux qui n’hésite pas à jouer avec le lecteur. Ce petit cours d’histoire québécoise est raconté depuis le Vermont, là où la famille du narrateur a émigré après avoir quitté un Québec fait de misère. De plus, l’auteur nous propose un récit à tiroirs, mêlant le passé et le présent, jusqu’à ce que les deux se confondent, le narrateur et Nazaire ne faisant plus qu’un à la fin.

5 étoiles