Avant la chute, Noah Hawley

Un livre repéré quelques semaines après sa sortie et au résumé prometteur : un jet privé s’écrase au large de New-York. Deux personnes survivent. S’agit-il d’un accident ou d’un attentat ? En effet certains des passagers étaient des personnalités en vue…

Avant la chute - Noah Hawley

L’intrigue est somme toute assez simple et promet une belle enquête. Je n’ai pas été déçu par ma lecture d’Avant la chute. En effet, Noah Hawley sait jouer le suspense dans son écriture. Il suit un des survivants dans les jours qui suivent le crash de l’avion. Il s’agit de Scott Burroughs, un artiste peintre qui essaie de se relancer après plusieurs années de vaches maigres en peignant des tableaux représentants des catastrophes et des accidents. Coïncidence ?

Noah Hawley revient sur le parcours de chacun des passagers, y compris le personnel de la compagnie aérienne mais aussi sur la personne chargée de l’enquête. Outre les trajectoires individuelles qui sont décrites, Avant la chute est aussi une chronique de certains maux de l’Amérique contemporaine. En particulier l’essor des chaînes d’information continue avec un penchant assumé à droite (coucou Fox News). Dans le roman, la chaîne s’appelle ALC et son présentateur vedette fait tout pour exploiter la catastrophe en allant de polémique en polémique afin de réaliser des audiences. Il va jusqu’à s’immiscer dans la vie personnel des survivants et des personnes décédées dans l’accident.

Allez un petit bémol tout de même. L’explication du crash de l’avion m’a un peu laissé sur ma faim car un poil triviale. Mais pas de quoi vous gâcher le plaisir de la lecture.

Publicités

Vol de nuit, Antoine de Saint-Exupéry

Je poursuis la relecture des romans de ma jeunesse avec Vol de nuit d’Antoine de Saint-Exupéry. Tout comme Pêcheur d’Islande, c’est un livre que j’ai étudié au collège dans le cadre d’un cours de français mais j’avoue humblement ne plus avoir de souvenirs de ce roman. La faute sans doute au côté obligatoire des lectures scolaires.

Vol de nuit

L’action de Vol de nuit se passe à Buenos Aires en Argentine, là où est basée la compagnie chargée de centraliser le courrier de toute l’Amérique du Sud avant de l’envoyer en Europe. Les trajets se font en avion de nuit à une époque où il était rare que les avions circulent de nuit. Mais l’aviation étant en concurrence avec le bateau et le train pour l’acheminement du courrier, les aviateurs n’ont pas le choix et doivent se lancer dans les vols de nuit. Le roman suit la vie des pilotes et celle de Rivière, leur responsable.

Rivière est le responsable des pilotes mais surtout le responsable de l’acheminement du courrier. Vol de nuit est en effet un roman sur la responsabilité. Rivière sait qu’il n’a pas à se faire aimer de ses pilotes. Il doit être intransigeant avec eux, parfois même injuste, pour leur faire comprendre que l’enjeu de leur travail dépasse largement leurs problématiques individuelles. Rivière est un bâtisseur. C’est sur ses épaules que repose l’avenir des lignes aériennes de nuit.

Les pilotes sont des pionniers qui explorent des territoires nouveaux. Saint-Exupéry les compare à des navigateurs. Ils naviguent en effet entre les tempêtes guidés par leur expérience et leurs instruments de vols. Ils sont reliés au sol par la radio qui leur transmet les conditions météo à chaque étape de leur parcours. Il n’y a pas de place pour le doute dans leur entreprise.Ils doivent oublier leur propre personne afin de construire des routes nouvelles. On est dans le dépassement de soi. Les moments de tension sont rendus dans des mots simples. Antoine de Saint-Exupéry, fort de son métier de pilote d’avion, sait décrire les enjeux et les crispations propres à ces hommes. Il ne tombe pas dans la technique ou la grandiloquence. Son style est sobre et vulgarise très bien les différents maillons de la chaîne humaine qui rend possible l’acheminement du courrier.

Vol de nuit est donc un roman sur la responsabilité et le dépassement de soi. Il est essentiel de le lire ou de le relire à une époque où l’individualisme domine et où les grandes causes ne sont pas au centre des préoccupations humaines. En fait, peu importe quand on le lit, le propos de Vol de nuit est intemporel. C’est un classique.