Contes violents, Olivier Demers

Contes violents est un recueil de nouvelles publié par l’auteur québécois Olivier Demers. Il avait déjà publié L’hostilité des chiens en 2012, roman que j’avais lu dans le cadre de la Recrue du Mois.

Contes violents Olivier Demers

Comme l’annonce le titre, les 12 nouvelles qui composent Contes violents ont comme thème commun la violence. Il s’agit principalement de violences politiques. Certaines sont vécues du point de vue des victimes comme c’est le cas pour Orfeo en Chile où Fernando s’engage politiquement à gauche pour les beaux yeux d’une jeune femme. Il soutient Allende mais lors du putsch militaire qui le renverse puis de la répression qui suit, il échappe à ceux qui veulent démanteler les réseaux politiques d’opposition. Ce n’est pas le cas de sa bien-aimée, Lupe Sanchez, qui est torturée dans les geôles de l’armée. La violence est aussi décrite du point de vue de ceux qui en sont les auteurs. Ainsi dans La jeune fille et la main, un tueur qui a torturé de nombreux « rouges » en Argentine s’adresse à une femme dont il a torturé les parents. Même des années après, alors qu’il s’est expatrié à Montréal, il continue de croiser certains des fantômes de son passé de tortionnaire.

Plusieurs nouvelles ont également comme thème une violence fratricide comme L’homme au fond du trou qui se passe en Erythrée où plusieurs jeunes hommes combattent dans une tranchée face aux soldats éthiopiens ou encore dans Quand on laisse un fou raconter une bonne histoire où un itinérant haïtien décrit comment il a été laissé pour mort par les tontons macoutes puis sauvé et soigné par une femme.

J’ai senti dans plusieurs des nouvelles le fort intérêt qu’Olivier Demers porte à l’Histoire militaire et politique. Dans Lignée, il invente l’histoire des hommes de la famille Vérisseau, révolutionnaires de père en fils quelle que soit l’époque. On les découvre impliqués dans la révolution française, celle de 1830, la Commune, la révolution russe et pour finir la révolution avortée de mai 68. Une lignée qui finit par s’éteindre au Québec, faute de causes. Un écho cruel et silencieux à une Révolution Tranquille qui n’est pas citée et n’obtient pas de fait le statut de « vraie » révolution. Dans L’adversaire, Olivier Demers propose une relecture de l’histoire de l’Europe et de l’Amérique du Nord où le narrateur voit la main du diable et nombre d’occasions manquées. Il est question d’Hannibal, de Spartacus, des batailles d’Hastings et d’Azincourt mais aussi des tristes destins de Montcalm qui avait pourtant eu la chance d’écraser les Anglais et de Louis Riel qui a mené la révolte des Métis au Manitoba.

Deux thèmes sont présents en filigrane dans Contes violents. Le premier est la mention du Canada (et bien souvent de Montréal) comme terre de refuge à la fois pour les victimes et les bourreaux. Une sorte de no man’s land politique où l’on peut fuir pour construire une nouvelle vie. Le second thème est le fait que l’engagement politique tient à peu de choses. Plusieurs fois la raison en est simplement la fascination pour une femme jolie et/ou éloquente.

Pour finir, mention spéciale pour une des nouvelles qui est totalement surréaliste. Elle s’intitule La grande évasion. Deux compagnons de cellule y échangent sur les tensions au sein d’une société dont on ne sait pas grand-chose. Si ce n’est que les Woups, une ethnie dominante, a l’emprise sur les Crouqs qui sont décrits comme pauvres, sauvages et sales, une sorte de sous-hommes en somme. Il est notamment question d’un Crouq autrefois martyrisé qui devient un exécutant des basse œuvres des Woups. Cette nouvelle écrite dans une langue très créative possède une portée universelle. On peut en effet remplacer les termes Woups et Crouqs par des nationalités ou des ethnies existantes pour obtenir une description qui correspond à de nombreux cas qui font l’actualité. Les mêmes causes produisent les mêmes effets et il est désespérant de se dire que l’humanité ne progresse pas très vite.

Publicités

Vol de nuit, Antoine de Saint-Exupéry

Je poursuis la relecture des romans de ma jeunesse avec Vol de nuit d’Antoine de Saint-Exupéry. Tout comme Pêcheur d’Islande, c’est un livre que j’ai étudié au collège dans le cadre d’un cours de français mais j’avoue humblement ne plus avoir de souvenirs de ce roman. La faute sans doute au côté obligatoire des lectures scolaires.

Vol de nuit

L’action de Vol de nuit se passe à Buenos Aires en Argentine, là où est basée la compagnie chargée de centraliser le courrier de toute l’Amérique du Sud avant de l’envoyer en Europe. Les trajets se font en avion de nuit à une époque où il était rare que les avions circulent de nuit. Mais l’aviation étant en concurrence avec le bateau et le train pour l’acheminement du courrier, les aviateurs n’ont pas le choix et doivent se lancer dans les vols de nuit. Le roman suit la vie des pilotes et celle de Rivière, leur responsable.

Rivière est le responsable des pilotes mais surtout le responsable de l’acheminement du courrier. Vol de nuit est en effet un roman sur la responsabilité. Rivière sait qu’il n’a pas à se faire aimer de ses pilotes. Il doit être intransigeant avec eux, parfois même injuste, pour leur faire comprendre que l’enjeu de leur travail dépasse largement leurs problématiques individuelles. Rivière est un bâtisseur. C’est sur ses épaules que repose l’avenir des lignes aériennes de nuit.

Les pilotes sont des pionniers qui explorent des territoires nouveaux. Saint-Exupéry les compare à des navigateurs. Ils naviguent en effet entre les tempêtes guidés par leur expérience et leurs instruments de vols. Ils sont reliés au sol par la radio qui leur transmet les conditions météo à chaque étape de leur parcours. Il n’y a pas de place pour le doute dans leur entreprise.Ils doivent oublier leur propre personne afin de construire des routes nouvelles. On est dans le dépassement de soi. Les moments de tension sont rendus dans des mots simples. Antoine de Saint-Exupéry, fort de son métier de pilote d’avion, sait décrire les enjeux et les crispations propres à ces hommes. Il ne tombe pas dans la technique ou la grandiloquence. Son style est sobre et vulgarise très bien les différents maillons de la chaîne humaine qui rend possible l’acheminement du courrier.

Vol de nuit est donc un roman sur la responsabilité et le dépassement de soi. Il est essentiel de le lire ou de le relire à une époque où l’individualisme domine et où les grandes causes ne sont pas au centre des préoccupations humaines. En fait, peu importe quand on le lit, le propos de Vol de nuit est intemporel. C’est un classique.