Une nouvelle chasse l’autre, Hélène Ferland

On est déjà le 15 du mois ! C’est l’occasion de faire connaissance avec une nouvelle recrue du mois !

Hélène Ferland frappe fort d’entrée de jeu. La première des 30 nouvelles s’intitule Il n’avait pas le droit et nous présente un adultère du point de vue de la maîtresse. Le ton est donné et le lecteur est plongé au cœur d’un malaise qu’on retrouve dans de nombreux textes qui composent ce livre.

L’écriture de nouvelles est un art délicat. L’auteur dispose de peu de temps pour obtenir l’attention du lecteur et le plonger dans son histoire. Qui plus est, il faut aussi trouver une bonne chute pour finir la nouvelle. Hélène Ferland démontre avec Une nouvelle chasse l’autre qu’elle est parfaitement à l’aise dans ce format. Toutes les nouvelles de ce recueil sont présentées sous un angle original et j’ai plusieurs fois été complètement surpris par la tournure soudaine du récit. J’ai eu beau cherché mais je n’ai pas trouvé de nouvelles véritablement plus faibles que les autres. Le livre est vraiment homogène du point de vue de la qualité des textes.

En fait, le titre est trompeur car une nouvelle ne chasse pas l’autre. Elles ont toutes de quoi laisser une impression sur le lecteur. Je garde particulièrement en mémoire La piqûre du destin qui raconte le parcours d’une femme battue qui se rebelle à sa façon. Ou encore S’il avait su : l’histoire d’un adolescent qui éprouve de sérieux remords d’avoir joué les recruteurs pour un réseau de prostitution. Vous le devinez, l’atmosphère de ces nouvelles est souvent sombre. Je déconseille de les lire si vous vous sentez un peu déprimé.

La famille est le thème de prédilection d’Hélène Ferland dans ce livre : il est question d’être l’enfant de quelqu’un, de mauvaises mères (elles aiment trop ou pas assez), du décès d’un enfant, d’abandon, d’adoption, de la naissance, du couple, de la vieillesse, de l’image de soi… Ces textes forts trouveront certainement une résonance auprès des amateurs de nouvelles mais aussi auprès des auteurs en devenir : Une nouvelle chasse l’autre est une superbe leçon d’écriture dans un style mordant !

Publié aux Éditions Sémaphore.

Publicités

Le noeud de vipères, François Mauriac

Le nœud de vipères est le premier livre de François Mauriac que je lis. Curieusement, je suis passé à travers toute ma scolarité sans étudier une seule de ses œuvres ou un seul de ses textes alors qu’il me semble que c’est un auteur français majeur. Alors que François Mauriac peut avoir une image un peu poussiéreuse avec une étiquette d’écrivain catholique, je n’ai lu que de bonnes choses à son propos sur certains blogs littéraires, ce qui m’a incité à me jeter à l’eau. Au moment de choisir un de ses livres sur les rayons de ma bibliothèque de quartier, j’ai fait confiance au petit pictogramme indiquant que le nœud de vipères était un coup de cœur des bibliothécaires. C’est bête, mais ça marche.

Louis a 68 ans. Il entreprend l’écriture d’une lettre à sa femme Isabelle pour lui expliquer pourquoi il a failli la déshériter ainsi que leurs enfants et pourquoi il éprouve une haine tenace envers ses proches. Persuadé que son épouse, ses enfants et ses petits-enfants attendent impatiemment sa mort pour toucher leur héritage et se livrer à une véritable curée, il décrit le désir de vengeance qui l’anime. Le nœud de vipères est la longue lettre d’un homme qui, sentant la mort approcher, couche sur le papier les sentiments qui l’ont animé tout au long de sa vie. Louis a vécu une enfance relativement triste et solitaire. Il a compris assez tôt que sa femme l’avait épousé pour son argent, elle qui venait d’une famille désargentée de la noblesse française. Il ne fut que son second choix.
Ce livre de François Mauriac est le récit d’un homme meurtri et profondément déçu, que les machinations de ses proches pour s’emparer de son argent ont rendu amer sur la nature humaine. Ses enfants n’entreprennent-ils pas des manœuvres pour le faire interner ? Ce nœud de vipères dont parle Louis est-il son cœur rempli de rancune ou est-ce cette famille manipulatrice ?

Le nœud de vipères aurait pu être un livre fielleux et peu agréable à lire en raison de la rancœur qu’éprouve Louis. Or c’est un plaisir de suivre le narrateur dans son récit. Au fur et à mesure du livre, Louis révèle des facettes multiples, bien loin de l’homme vengeur du début du roman. Il y a une véritable progression au fil du roman où les masques finissent par tomber. Il sera notamment question de richesse, d’adultère, de laïcité et d’une pratique hypocrite de la religion. On se posera aussi la question de la maladie : on n’a que le point de vue de l’auteur de la lettre, s’agit-il de la vérité ou d’un délire paranoïaque ? Publié dans les années 1930, le livre nous éclaire aussi sur les mœurs de la France de province au début du siècle dernier.

Le nœud de vipères est une œuvre qui montre de la part de son auteur une grande maîtrise de la langue française et de l’écriture. J’ai particulièrement apprécié la précision dans le choix des mots pour rendre compte d’états d’esprit très variés et pour décrire l’ambiance détestable au sein de cette famille.

Du même auteur : Thérèse Desqueyroux.

Madame Bovary, Gustave Flaubert

Je suis un lecteur de classiques. Surtout ceux du XIXième siècle qui me passionnent. Je m’étais immergé dans la série des Rougon-Macquart d’Émile Zola pendant plusieurs années (il faut bien ça). Dernièrement je me suis attaqué à Honoré de Balzac et son impressionnante Comédie Humaine. Mais je n’avais encore jamais lu un roman de Flaubert. C’est maintenant chose faite.

L’action de Madame Bovary se déroule au XIXième siècle en Normandie. On y suit Emma, ladite Madame Bovary, épouse d’un médecin, qui ne se satisfait pas de sa vie à la campagne et de son mariage avec un homme médiocre. L’esprit nourri par les romans de chevalerie, elle se rêve femme du monde à Paris, courtisée par les plus grands hommes. Elle se rapproche d’abord d’un jeune clerc de notaire, Léon, mais ni l’un ni l’autre n’ose déclarer son amour. Elle tombe ensuite sous le charme de Rodolphe, séducteur de ces dames. Elle vit cet amour caché avec joie et passion jusqu’à ce que Rodolphe ne se sépare d’elle brutalement, ce qui la plonge dans un état maladif et sombre. Elle retrouvera plus tard le clerc de notaire qui s’est réinstallé à Rouen et avec qui elle vit une passion encore plus forte. Pour le voir, elle invente des stratagèmes suffisamment convaincants pour son mari naïf. Stratagèmes qui l’amènent à contracter des dettes auprès d’un usurier. S’en suit une spirale descendante qui s’achèvera dans des souffrances horribles pour Madame Bovary.

Paru en 1857, le livre a rapidement fait scandale au point qu’un procès a été intenté envers Flaubert, son éditeur et son imprimeur pour interdire le livre. Pour les censeurs, il s’agissait en effet d’un plaidoyer en faveur de l’adultère qui ne devait pas tomber entre les mains des femmes de l’époque. Je passe les attaques pour outrage à la morale et à la religion. Flaubert est finalement sorti blanchi de ces accusations et a bénéficié d’un non lieu.

C’est difficile de donner son avis sur un livre qui est considéré comme faisant partie du patrimoine littéraire français. J’avoue que j’ai eu du mal à accrocher à la lecture de Madame Bovary. Je l’ai trouvé inégal au niveau du rythme de la narration. J’ai mis du temps à entrer dans le vif du sujet. Certains passages m’ont paru passionnants et d’autres beaucoup moins. Mais ça s’est arrangé une fois le premier tiers du roman passé. Celui-ci étant nécessaire pour installer l’intrigue et nous permettre d’entrer dans l’esprit d’Emma Bovary, ce que Flaubert arrive très bien à faire. Par ailleurs, certains portraits valent le détour comme celui du prêtre défenseur d’une foi qui subit les coups de boutoir du mouvement laïque, celui du pharmacien, farouche et ridicule partisan du progrès ou encore celui de l’usurier, en permanence à l’affût des opportunités de gagner de l’argent. Et en toile de fond, nous avons décrite avec une volonté de réalisme la vie d’un village de province au cœur du XIXième siècle. J’ai aimé ce livre mais au prix d’un certain effort. Je n’ai pas eu le plaisir que j’ai à lire Zola ou Balzac.

Ma note : 3/5.