La convocation, Herta Müller

Tout vient à point à qui sait attendre ! Je ne connaissais pas Herta Müller jusqu’à ce qu’elle obtienne le prix Nobel de littérature en 2009. Six ans plus tard, j’ouvre enfin un de ses romans : la convocation.

La convocation Herta Müller

La convocation décrit le quotidien pesant sous la dictature communiste roumaine. On y suit les pensées d’une narratrice qui prend le tramway pour se rendre à une énième convocation des autorités où elle sera interrogée à nouveau par un commissaire rustre et manipulateur. En effet, cette femme a été surprise à glisser un petit mot dans des vêtements à destination de l’Italie dans l’atelier de confection où elle travaille. La communication avec l’étranger est par nature un acte suspicieux dans une dictature. Les convocations se suivent et à chaque fois, le commissaire la soumet à un flot continu de questions jusqu’à la persécuter et à l’humilier. Le trajet en tramway de cette femme est une cruelle anticipation de ce moment redouté et l’occasion de penser à son quotidien.

Herta Müller rend palpable l’ambiance de surveillance permanente et la recherche de coupables, incitant ainsi chacun à la dénonciation. Les individus deviennent eux-même les rouages d’un système oppressant. Avec la convocation, Herta Müller dénonce l’absurdité qui mène jusqu’à la destruction de la société. La vie familiale de la narratrice du roman est détruite, son mari est alcoolique et elle éprouve la nostalgie de sa vie à la campagne pendant sa jeunesse et de son amitié avec Lilli jusqu’à la fin tragique de celle-ci.

Herta Müller est originaire d’une région roumaine germanophone. Elle a bien connu l’ambiance qu’elle décrit dans la convocation. C’est notamment la description du quotidien de la dictature en Roumanie dans son oeuvre qui lui a valu le prix Nobel de littérature.

Il faut admettre que la convocation n’est pas un roman facile à lire. Il faut en effet suivre les pensées de la narratrice au fur et à mesure de ce trajet en tram. Cette absence de structure clairement établie pourra gêner certains lecteurs. Par ailleurs, le roman est dur. J’ai trouvé l’environnement très oppressant pour le lecteur également. Le quotidien difficile qui est décrit fait qu’il faut s’accrocher pour poursuivre la lecture.

4 réflexions au sujet de « La convocation, Herta Müller »

  1. D’elle, j’ai lu L’homme est un grand faisan sur la terre. (que les pragmatiques Anglo-saxons ont traduit par The Passport, probablement pour ne pas effrayer le lecteur potentiel)

    Tout était glauque dans ce livre. L’endroit. Les gens. Pas un n’avait une quelconque qualité. Pas une once d’humanité. Le désespoir dans sa forme la plus pure.
    Quant au style! Surréaliste au sens propre du terme. Personnellement, j’ai franchement du mal avec les images incompréhensibles.

    Est-ce qu’on retrouve ces éléments dans La convocation? Visiblement oui pour le côté noir de la société roumaine. Je ne nie pas que cette dictature était atroce mais j’ai du mal à croire qu’à l’échelle de chaque personne, il n’y ait eu aucune lumière dans leur vie. Et c’est ce que je reproche au livre que j’ai lu. Est-ce la même chose ici?

    J'aime

    1. Oui c’est la même chose. Il y a peu d’occasions de se réjouir, même au niveau individuel. Je pense que c’est un parti pris d’Herta Müller pour montrer le poids de la dictature de Ceaușescu sur les personnes.
      Je pense revenir vers d’autres livres d’Herta Müller mais en sachant un peu mieux à quoi m’attendre.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s