Baldam l’improbable, Carle Coppens


La Recrue du mois de novembre est Carle Coppens avec son premier roman Baldam l’improbable.

L’idée de départ du roman est séduisante : exagérer juste ce qu’il faut la société occidentale pour en faire un mélange de télé réalité et de recherche de performance individuelle. Carle Coppens a construit avec talent un univers parallèle au nôtre. Pensé dans ses moindres détails, ce monde voit les individus gagner des points en fonction de l’exposition de leurs émotions devant des caméras de surveillance ou en réalisant des prouesses inutiles. C’est à qui sera le plus populaire : le but est d’atteindre le fameux cercle 5000 qui regroupe les 5000 personnalités les plus populaires. Et cette popularité se marchande. Il est possible d’investir dans une personne comme si on investissait dans un placement financier. Les vies de chacun sont analysées par des gens chargés de regarder les caméras de surveillance et de traiter les rapports rédigés par les gens eux-mêmes. Et c’est bien le pire dans cette histoire : les gens acceptent ce système de plein gré. Cette description d’une société axée sur la popularité est extrêmement bien vue.

C’est au niveau de l’exécution de ce roman que je reste sur ma faim. J’ai trouvé que l’installation de l’histoire était trop longue. Carle Coppens refuse de livrer les clés de son univers trop vite au lecteur, c’est louable. Mais il y a trop d’attente. Il faut en effet attendre la moitié du roman pour savoir ce qu’est la prise de contrôle qui justifie l’histoire racontée par le narrateur. Du coup, je me suis retrouvé beaucoup moins impliqué dans la lecture que je n’aurais pu l’être. A force de retarder les explications, l’auteur désengage le lecteur. Il y a un autre point qui m’a gêné à la lecture de Baldam l’improbable. C’est le fait que Carle Coppens abuse des énumérations. C’est un des procédés qui me bloquent le plus dans la lecture d’un roman. Une fois ou deux passe, encore mais j’ai tendance à ne plus les lire avec le même intérêt quand les énumérations se multiplient. Je retiens tout de même la capacité de l’auteur à créer des anecdotes qui agrémentent le récit d’une bonne dose d’humour.

Pour résumer, ce roman part d’une idée brillante mais souffre de choix rédactionnels qui alourdissent la lecture.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s