La canicule des pauvres, Jean-Simon Desrochers

La Recrue du mois de mars est Jean-Simon Desrochers avec son premier roman : la canicule des pauvres. Visitez le site de la recrue pour lire les commentaires des autres rédacteurs.

La canicule des pauvres m’a fait un effet coup de poing et Jean-Simon Desrochers est un auteur brillant. La laideur et le sordide décrits de le roman sont remarquables, impossible d’y être insensible.

Le roman compte une vingtaine de personnages qui ont tous en commun d’être locataires d’un de ces nombreux immeubles défraîchis (voire minables) que compte Montréal. Ce sont tous des perdants de la vie, vivant pour la plupart dans une pauvreté intellectuelle et une misère sexuelle. D’un étage à l’autre de l’immeuble, le lecteur est confronté à la drogue, la pornographie, le SIDA, la solitude, la vieillesse et une décrépitude avancée sous l’effet de dix jours de canicule.
Quel contrepied magnifique de choisir de nous montrer Montréal sous la canicule alors qu’on imagine habituellement la ville sous la neige. Cette canicule agit comme le révélateur d’une ville aux facettes multiples. Comme si la chaleur extrême permettait d’extraire l’essence de Montréal.

Avec la canicule des pauvres, Jean-Simon Desrochers offre une plongée dans les bas-fonds de Montréal, ceux que les touristes ne connaissent pas. L’auteur nous révèle sa démarche à la toute fin du livre à travers les mots du bédéiste japonais : son objectif est de capturer l’essence de Montréal. Mais il comprend que c’est une ville qui ne se laisse pas apprivoiser facilement. C’est facile de la survoler et de la connaître de manière superficielle. Mais pour la connaître vraiment, il faut y vivre.

Avec ce roman, Jean-Simon Desrochers se pose en témoin de notre époque et des maux qui la rongent. Avec sa galerie de personnage, il me fait penser à un Zola des temps modernes dressant le portrait de son temps sans fards. Le livre est dense, il serait vain de recenser tous les thèmes dont il est question. La canicule des pauvres est un gros roman de 700 pages mais c’est impossible de le lâcher. Le nombre de personnages peut faire craindre de perdre le fil mais il n’en est rien. Au contraire, le livre possède un côté hypnotisant et se dévore avidement.

La canicule des pauvres est une très belle découverte. Peut-être à réserver à un public adulte et averti. Mais à ceux-là je dis : « Lisez le, lisez le, lisez le ! »

Publicités

10 réflexions au sujet de « La canicule des pauvres, Jean-Simon Desrochers »

  1. J’ai beaucoup aimé ce roman, même si j’étais décontenancé au début par le nombre de personnages. C’est que je le lisais par bribes de quinze minutes..erreur monumentale de mon côté. La deuxième partie est captivante et à chauqe court chapitre on veut savoir ce qui arrivera auz différents personnages. Jean-Simon Desrochers a beaucoup observé les gens et leurs comportements pour écrire cette histoire. Une oeuvre de qualité.

    J'aime

    1. Oui c’est le genre de roman qui demande une lecture attentive, c’est nécessaire pour s’immerger dans l’ambiance et ne pas être perdu à cause des personnages à chaque reprise de lecture. Vraiment un excellent roman.

      J'aime

  2. J’ai « submit » (pourquoi les blogues de wordpress peuvent pas être en français, grrrr) trop vite, je voulais ajouter un « s » à « je comprend ».

    J'aime

  3. malheureusement (d *ici ) on n*ai pas ce roman encore . . . mais maintenant je suis en train de lire (le rouge et le noire ) . . . et puis je voulais dire que apres – demain sera notre (norouz) = est la fête traditionnelle iranienne célébrant …notre nouvelle annee 🙂

    J'aime

  4. Salut Phil!

    J’ai aimé la lecture de la canicule des pauvres surtout pcq l’auteur décrit avec une telle réalité les styles de vies des habitants du Galant. C’est comme si lui-même avait vécu entre ces murs. À moins que ce ne soit lui (desrochers) dans le rôle du japonais Takao? Le nombre de personnages ne m’a pas dérangé quoique certains (par ex. l’aveulge) n’apporte pas grand chose de plus à l’histoire…Comme chaque chapitre est une histoire en soi, je n’ai pas eu de mal à laisser le livre là et le reprendre un peu plus tard. J’ai par contre trouvé qu’à la longue, ça devenait lourd ces histoires plus «laides» les une que les autres. En fait, c’est un peu grâce à la pub que les bloggeurs ont fait de cet auteur qui m’a incitée à lire ce livre. Sans aucun doute, je lirai le prochain qu’il sortira.

    Bonne journée

    J'aime

  5. Je l’ai commencé aujourd’hui, je n’en ai pas lu beaucoup mais je suis déjà très emballée par ce livre. C’est un roman à la construction originale et le thème est vraiment très bien traité. C’est un premier roman, un auteur à suivre.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s