Too big to fail, Andrew Ross Sorkin

Le reste du titre de ce livre d’Andrew Ross Sorkin est peut-être plus parlant que le titre : The Inside Story of How Wall Street and Washington Fought to Save the Financial System from Crisis – and Themselves ou Les dessous de comment Wall Street et Washington se sont battus pour sauver le système financier de la crise… et d’eux mêmes (traduction maison).

Ce livre est une chronique quotidienne, voire heure par heure, de la crise financière de 2008. Le récit commence au printemps alors que la banque d’investissement Lehman Brothers ressent les premiers coups qui la mèneront à la faillite quelques mois plus tard. Le livre se poursuit dans les arcanes de la finance new-yorkaise et du pouvoir à Washington. A la lecture de Too big to fail, vous comprendrez pourquoi les autorités financières ont laissé Lehman Brothers s’écrouler pour sauver quelques jours plus tard Fanny Mae, Freddie Mac et AIG. Vous verrez comment le gouvernement américain et la réserve fédérale ont coordonné les discussions entre dirigeants de banques pour faciliter les fusions et les reprises d’actifs. Les montants d’argent sont étourdissants et le livre montre bien l’importance que joue la confiance dans la vie de ces énormes institutions financières : la confiance des investisseurs qui joue sur le cours des actions, la confiance relative envers les chiffres présentés dans la comptabilité, la confiance entre des dirigeants de banques à l’ego sur-dimensionné et finalement la confiance minée du grand public envers les grandes banques. Le récit s’achève alors que le secrétaire du Trésor, le président de la réserve fédérale des États-Unis et le président de la réserve fédérale de New-York obtiennent des 9 plus importantes institutions financières américaines qu’elles acceptent des fonds du sauvetage pour montrer l’exemple. Too big to fail se termine sur ces mots riches de sens pour les acteurs de la crise qui voyaient enfin la tempête se calmer après de longs mois sans repos : « nous avons franchi le Rubicon ».

Journaliste économique pour le New-York Times, Andrew Ross Sorkin a cumulé plus de 500 heures d’entrevue avec des dizaines de personnes pour reconstituer les événements, les conversations et l’état d’esprit des protagonistes. La galerie de personnages est étourdissante mais chacun joue un rôle bien précis dans ce ballet. L’auteur a eu l’excellente idée de consacrer plusieurs pages pour lister les principaux dirigeants des banques et des agences américaines impliquées. Cette liste s’est avérée fort utile car il est facile de s’y perdre parmi tout ce monde.

Il ne faut pas se méprendre sur le rôle que joue ce livre. Il est avant tout descriptif et ne s’appesantit pas sur les causes de la crise : prêts hypothécaires à risque (les fameux subprimes), montages financiers censés être sans risque, système de rémunération qui encourage une prise de risque excessive etc. L’épilogue est le seul moment ou Andrew Ross Sorkin se permet une opinion sur les événements qu’il décrit : il pense que Hank Paulson, le Secrétaire du Trésor sous le gouvernement de G.W. Bush demeurera un héros obscur car il a pris des décisions nécessaires mais impopulaires politiquement.

Je suis impressionné par la quantité d’information présentée dans cet ouvrage. Il est certainement en passe de devenir un classique pour les historiens et les économistes. L’Histoire dira si les acteurs de cette crise ont pris les bonnes décisions. Il semble déjà clair à la lumière des événements de 2009 que les autorités américaines ont laissé passer la chance de réformer le secteur financier en profondeur. Les survivants vont-ils tirer les leçons de cette crise ? Rien n’est moins sûr.

Too big to fail est à lire absolument si vous vous intéressez au monde de la finance. Je pense que ce livre mériterait d’être lu dans le cadre d’études en finance, en gestion et en commerce. Les drogués d’actualité le liront aussi avec grand plaisir. Pour ma part, ce récit m’a permis de mieux comprendre les dessous de la crise et le fonctionnement du monde si particulier de la finance américaine.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Too big to fail, Andrew Ross Sorkin »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s