Mais qu’est-ce qu’on va faire de toi ?, Michel Drucker

Coécrit avec Jean-François Kervéan, ce livre est une autobiographie de Michel Drucker, l’animateur de télévision que tout le monde connaît en France.
Le titre du livre est la rengaine que Michel Drucker a entendue tout au long de son enfance et de son adolescence de la part de son père. En effet, le petit Michel, contrairement à ses deux frères, était plutôt un cancre que l’école n’intéressait pas vraiment. Or Abraham Drucker, son père, ne jurait lui que par l’excellence à l’école et l’obtention de diplômes qui mettraient ses enfants à l’abri des aléas de la vie. C’est pourquoi, inquiet pour son avenir, il répétait régulièrement à son fils : « Mais qu’est ce qu’on va faire de toi ? ». Même une fois devenu adulte et ayant connu une carrière exceptionnelle, Michel Drucker est resté profondément marqué par cette phrase.

Il en résulte un livre divertissant et agréable à lire. C’est le témoignage d’un homme passionné par son métier et surtout par les personnes qu’il a croisé tout au long de son parcours. Et cette passion ressort tout au long des chapitres de cette autobiographie.
Michel Drucker revient sur sa longue carrière (qui dure encore) de commentateur sportif et d’animateur d’émissions de télé et de radio. Il partage nombre d’anecdotes sur les personnes qui l’ont marqué professionnellement et sur les événements qui ont façonné sa façon de penser. Il propose en filigrane des réflexions sur un média qui a bien changé en 40 ans : on passe ainsi de l’ORTF contrôlé de près par l’État à des chaînes de télé privées cotées en bourse. L’afflux d’argent pour les animateurs et les sociétés de production n’a pas eu que du bon et Michel Drucker est assez critique envers la multiplication des émissions de télé-réalité. À travers quelques portraits de personnages de la politique, il note également l’évolution du style de la politique. Quel contraste entre un Jacques Chirac extrêmement réservé et pudique sur sa vie familiale et un Nicolas Sarkozy et une Ségolène Royal qui savent jouer de la télévision pour projeter l’image qu’ils souhaitent avoir sur les téléspectateurs et les électeurs. Comme souvent dans les biographies, Michel Drucker pose un regard tendre et nostalgique sur ses premières années et émet des critiques bien senties sur les dérives plus récentes de son métier. Mais il sait rester lucide dans son propos et ne se fait pas d’illusions sur la trace qu’il va laisser auprès des téléspectateurs : il a vu beaucoup de gens disparaître de l’écran sans être le moins du monde regrettés. Il sait qu’il évolue dans un univers impitoyable qui fait preuve de jeunisme et favorise les individus au physique avantageux.

Cette autobiographie révèle aussi un homme angoissé, anxieux (il avait déjà un ulcère à l’estomac à 25 ans) et hypocondriaque. La famille est un élément très important pour Michel Drucker. Il montre une grande tendresse envers ses proches, même si j’ai parfois eu l’impression qu’il en faisait beaucoup sur le sujet. Mais c’est sincère de sa part. Et il est incapable d’en vouloir à son père alors que la figure paternelle sévère et au jugement lapidaire est encore aujourd’hui très pesante sur cet homme qui n’a pourtant plus rien à prouver professionnellement.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Mais qu’est-ce qu’on va faire de toi ?, Michel Drucker »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s