Qui a raison ? Joseph Facal, André Pratte

Une fois n’est pas coutume, j’ai succombé à la promo d’un livre et je suis allé l’acheter le lendemain de sa sortie. Qui a raison ? est un livre où s’affrontent deux personnalités sur la question de la souveraineté du Québec.

Pourquoi ce livre m’a intéressé ? Tout simplement parce que j’ai le droit de vote depuis quelques semaines et qu’advenant une élection, il faudra choisir pour qui voter. Or les partis politiques du Québec ne sont pas forcément opposés selon un clivage gauche/droite comme c’est souvent le cas ailleurs mais selon le clivage souverainiste/fédéraliste. La question constitutionnelle est au Québec toujours d’actualité. Les deux référendums de 1980 et 1995 ont vu les Québécois choisir de rester membres de la confédération canadienne. Mais le débat est récurrent.

Joseph Facal est un ancien ministre du gouvernement du Québec et membre du Parti Québécois, le parti souverainiste du Québec. Depuis qu’il s’est retiré (temporairement ?) de la vie politique, il est devenu, entre autres, chroniqueur au Journal de Montréal, un journal en faveur d’un Québec indépendant. André Pratte est éditorialiste pour le journal concurrent, la Presse, ouvertement fédéraliste, c’est-à-dire partisan d’un Québec province au sein de la fédération canadienne.

Qui a raison ?

Ces deux personnalités ont échangé des lettres pendant 6 mois l’année dernière, chacun essayant de trouver les bons arguments pour convaincre l’autre de la validité de son point de vue. Joseph Facal et André Pratte ont tous les deux à cœur l’avenir du Québec mais ne sont pas d’accord sur les modalités de mise en œuvre. Ce sont ces lettres qui sont publiées dans Qui a raison ?

Au fur et à mesure de leurs échanges, ils reparlent des référendums sur la souveraineté de 1980 et 1995 et rappellent les grandes lignes des débats constitutionnels passés. Le thème de l’identité québécoise revient régulièrement dans leurs échanges : quelle est la place du Québec dans le Canada actuel ? Les Québécois sont-ils une minorité comme les autres au sein du Canada ? Quelle est la place de l’immigration dans la société québécoise ? Comment assurer la pérennité de la langue française au Québec ?
Joseph Facal et André Pratte reviennent bien sûr sur les débats entourant les accommodements raisonnables et sur la commission Bouchard-Taylor qui a tant fait couler d’encre au cours des derniers mois. C’est aussi l’occasion pour eux de débattre de la pertinence de la Charte canadienne des droits et liberté versus la Charte des droits et libertés de la personne du Québec.
Les deux auteurs débattent également des décisions des hommes politiques passés et actuels : Trudeau, Chrétien, Harper, Charest, Dumont etc.
La joute que Joseph Facal et André Pratte se livrent est cordiale, sur fond de hockey, de soccer et d’amitiés canines. Leur opposition est ferme, avec parfois un soupçon de mauvaise foi, mais le tout reste correct.

Alors qui a raison ? C’est bien difficile de le dire. En ce qui me concerne, j’ai refermé le livre comme je l’ai ouvert, sans avoir une opinion tranchée sur le sujet. Je suis sensible à certains arguments souverainistes mais au final je rejoins André Pratte quand il dit que le fardeau de la preuve doit revenir aux souverainistes. Ce livre a le mérite d’offrir une bonne synthèse des principaux arguments de chaque camp. Notons tout de même que Joseph Facal et André Pratte s’accordent finalement sur les priorités politiques et économiques pour faire du Québec une meilleure société. Alors à mon tour de poser une question : le débat sur la souveraineté est-il suranné ?

4etoiles.gif

Publicités

4 réflexions au sujet de « Qui a raison ? Joseph Facal, André Pratte »

  1. Non, ce débat n’est pas suranné, ne serait-ce qu’il nous oblige à se poser des questions. Rien de pire que de s’endormir sur des acquis.

    J’ai offert ce livre à un ami et je vais lui demander qu’il me le prête ! Faut dire que j’adore les débats et sur un ton de correspondance, cela risque fort d’être intéressant. Les deux gaillards l’étaient déjà à Tout le monde en parle. Très peu de mauvaise foi, ce qui est plutôt rare quand on a des avis aussi divergents

    J'aime

  2. @ Venise : c’est surtout l’attitude de l’opinion publique québécoise qui me laisse penser que la souveraineté n’est plus aussi populaire que par le passé. Les militants péquistes eux-mêmes ne semblent pas pressés de proposer un nouveau référendum aux Québécois. La population en général semble plus préoccupée par la santé et l’éducation que par les questions constitutionnelles. C’est un débat qui est toujours présent mais qui passe au second plan.
    Mais je suis d’accord avec toi que ce genre de questionnement est sain parce qu’il suscite de nombreuses questions et des réflexions intéressantes.
    Demande vite à ton ami qu’il te prête ce livre. Il est très agréable à lire, c’est comme une conversation avec des arguments posés.

    J'aime

  3. Ce livre a le mérite d’offrir une bonne synthèse des principaux arguments de chaque camp
    Il faut beaucoup d’expérience dans ce débat pour comprendre ce qu’on lis et qu’il n’y a pas d’autres saveurs oubliées.
    Que tout ça n’a pas déjà été discuté pleinement en 2003, aux forums du CSQ, au forum de la saison des idées du PQ, au politiquebec.com et au vigile.net
    Forums et sites auxquels ni Pratte ni Facal n’ont participés, ne serait-ce qu’une fois.
    J’ai fait tout ça, j’ai vu et lu tout ça. Et à la lecture d’extraits dans les blogues et journaux, certaines conclusions m’apparaissent erronnées. Par manque d’expérience.
    M’enfin, dites-nous combien vous avez payé le livre, si ce n’est interdit.
    Cordialement…
    sp

    J'aime

  4. @ Serge : je pense que les deux auteurs de ce livre sont un peu prisonniers du format qu’ils ont choisi, à savoir l’échange épistolaire. Ce n’est en aucun cas un exposé exhaustif des raisons de faire ou de ne pas faire la souveraineté.
    Je ne suis pas d’accord avec vous dans le sens où vous laissez penser que le débat sur la souveraineté est uniquement une affaire de spécialistes. Or le citoyen moyen (moi inclus) a un niveau d’information peu élevé sur le sujet. Le livre qui a raison a le mérite de vulgariser le débat auprès du grand public, et 20 dollars n’est pas cher pour qui s’y intéresse moindrement.
    Cela dit, merci pour les références et peut-être pourriez-vous nous éclairer sur les conséquences que vous avez tirées de ces forums et sites ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s