Contes de la folie ordinaire, Bukowski

Charles Bukowski est un gros dégueulasse. Et c’est pour ça que ses livres sont intéressants. Contes de la folie ordinaire est le deuxième que je lis après Pulp. Il s’agit cette fois-ci d’un recueil de nouvelles.

Contes de la folie ordinaire

Si vous ouvrez une de ces nouvelles au hasard, vous avez une forte probabilité de tomber sur un poivrot en train de se siffler une bière dans un bar, de coucher avec une fille croisée un peu plus tôt ou de tabasser sa copine (ou les trois à la suite). Si vous êtes puritain ou bien-pensant, ce genre de livre n’est pas fait pour vous. Bukowski décrit une réalité crue. Il livre les pensées de ses narrateurs sans fard. Il y a un je m’en foutisme présent tout le long du livre. Chacun des personnages vit dans le présent. Peu importe les conséquences de leurs gestes : prison, bagarre ou perte d’emploi.

Volontiers provocateur avec des nouvelles intitulées la vie dans un bordel au Texas, la politique est l’art d’enculer les mouches ou encore cons comme le Christ, Bukowski n’épargne personne, à commencer par lui-même. Ses écrits sont teintés d’épisodes de sa vie comme sa participation à un magazine underground de Los Angeles alors qu’il était postier ou comme ses nuits de beuverie. Le moins qu’on puisse dire est qu’il se fout pas mal de ce que les gens peuvent bien penser de lui. C’est vulgaire mais c’est la réalité, c’est vrai (authentique diront les bobos).

Bukowski pose un œil acerbe sur la société américaine et ses conventions. C’est une sorte de cynique brillant. J’ai lu chacune des nouvelles qui composent Contes de la folie ordinaire avec un grand plaisir. Une fois parti et plongé dans cette atmosphère trouble, je n’ai plus eu envie de lâcher ce livre.

Décidément Bukowski est un auteur que j’apprécie.

4etoiles.gif

Du même auteur : Pulp

Publicités

12 réflexions au sujet de « Contes de la folie ordinaire, Bukowski »

  1. @Magda : ce n’était pas vraiment une lecture de Noël. Je ne vois pas Bukowski succomber à l’esprit des fêtes de fin d’année. Si ce n’est pour s’envoyer quelques verres bien sûr.

    J'aime

  2. Bukowski ce n’est pas de la littérature c’est du marketing! Où est le talent? Mettre cul, con et bite dans la même phrase, ce n’est pas du talent!!
    OK il avait une personnalité décalée, il choquait, mais ce n’est pas pour autant qu’on est un bon écrivain. Vous réunissez tous les alcoolos du coin et ils vous feront de la littérature à ce compte là!
    A travers ses livres on vend le personnage Bukowski mais ce n’est pas de la littérature!!!
    En quoi c’est interessant? Il est cynique, acerbe, provoquant et dégueulasse et de ce fait c’est un grand écrivain???
    Je pense que beaucoup de personnes peuvent se prévaloir du titre d’écrivain dans ces cas là!
    Bukowski était médiatique, il faisait de l’audience dans des émissions car on était certain que ça allé partir au pugilat.

    J'aime

  3. Mademoiselle Swann : voilà une opinion bien sentie ! Au-delà de la provocation du personnage médiatique, je pense qu’il faut voir les écrits de Bukowski dans le contexte d’une Amérique puritaine et bien pensante. Il parle de choses sur lesquelles la société américaine était plutôt silencieuse : alcoolisme, pauvreté, jobs alimentaires, célibat, prostitution… Bref des sujets qui étaient habituellement tabous.
    Je ne pense pas que ce soit du marketing de la part de Bukowski, sinon il aurait eu une vie un peu meilleure. On parle quand même d’un écrivain qui a eu beaucoup de mal à se faire publier et d’une personne qui a vécu plus ou moins dans la misère.
    Et à propos des alcoolos du coin, je vous renvoie aux « brèves de comptoirs » compilées par Jean-Marie Gouriot. La poésie est souvent là où on s’y attend le moins.

    J'aime

  4. C’est sûr que ce n’est pas du Zweig, mais cette plongée dans le côté le plus obscur de l’être humain, la détresse, la folie, la noirceur, Hank avait le génie de le retranscrire et : la politique c’est l’art d’enculer les mouches c’est bien ce que nos hommes politiques policés sont en train de nous montrer.
    C’est un gars qui savait oser à cette époque.
    ALEX

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s